Accueil / À la Une / Startijenn – Talm ur galon

Startijenn – Talm ur galon

Que de chemin parcouru depuis leur adolescence, lorsque cinq élèves du collège Diwan décidèrent de créer le groupe Startijenn. Et qui aurait dit, pas même eux, que vingt-cinq ans plus tard, ils seraient toujours présents sur les scènes bretonnes avec un septième album dans leur besace.

Ce groupe emblématique de la transe bretonne se présente aujourd’hui sous un jour nouveau et inattendu, tout en réussissant le tour de force d’être à la fois grand public (dans les festoù-noz) et expérimental, comme avec El-TaQa en 2013.

Voici un groupe original qui se distingue de la scène traditionnelle, doté d’une identité musicale à la fois bretonne, moderne et percutante.

Sur Talm ur galon (le battement d’un cœur), ils nous offrent neuf compositions originales, tant des musiques traditionnelles largement revisitées, que des compositions actuelles des uns et des autres.

Au fil des albums, les membres de Startijenn avaient pris l’habitude de nous surprendre. Une fois encore ils ne dérogent pas à la règle, avec des chansons, Talm ur galon et Skilfoù an noz (Les griffes de la nuit), que les plus intransigeants des rappeurs ne sauraient renier, avec Youenn Roué au chant en breton.

Tout au long de cet album étonnant et détonnant, les musiciens s’affranchissent des codes traditionnels et pour ce faire, font preuve d’une imagination débordante. On note des influences électro à la rythmique presque hypnotique.

Les sonorités sont diverses et variées, souvent à cent lieues de la tradition bretonne. Et pourtant de loin en loin, on reconnaît un plinn, une ridée, un rond de Saint-Vincent, un kas a-barh ou une valse.

Le duo bombarde et biniou qui caractérise le groupe depuis ses débuts, est encore ici présent, soutenu par l’accordéon vibrionnant d’un Tangi Le Gall-Carré au meilleur de son talent. Tandis que le son cristallin de la guitare de Tangi Oillo et la basse énergique de Julien Stévenin renforcent cette impression de puissance sonore.

Ne vous y trompez pas, la plupart des morceaux sont dansables, même si leur forme peut surprendre, voire dérouter. Mais après tout n’est-ce pas ce à quoi ils nous habitués depuis vingt-cinq ans ?

Tonique, puissante, inclassable, mais ô combien attachante, la musique parfois déconcertante de Startijenn est une fois de plus au rendez-vous, unique et expressive en diable.

PAKER PROD 034 – www.pakerprod.bzh

> Philippe Cousin

Philippe est membre du comité de jumelage Plogoneg/Llandysul, au Pays de Galles. Passionné par l'Irlande, il s’y rend très souvent, notamment dans le Donegal (nord-ouest) depuis près de trente ans. Il nourrit une passion pour la musique irlandaise qu’il pratique à l'occasion. Philippe collabore à la version papier du Peuple Breton depuis le début des années 90. Il a écrit également pendant vingt ans dans Trad Magazine, Univers Celtes et Musiques Celtiques et collabore à Irish Music Magazine mensuel irlandais.