Red Cardell – Bordel

Trente-deux ans déjà depuis 1992 qui vit la naissance du groupe Red Cardell, dont la genèse trouve son origine dans feu Penfleps. Trente-deux ans et plus de vingt albums au compteur depuis le premier, Rouge, en 1993, presque un album chaque année…

Se définissant comme un groupe de musique populaire ouvert sur le monde, leur répertoire musical éclectique, qui mêle des influences aussi diverses que les musiques bretonne, slave ou berbère, flirtant avec le folk, le rock, le blues et la chanson française, souligne la richesse et la complexité de leur approche musicale.

Grand retour en 2024, cinq ans après Nerzh en collaboration avec le Bagad Kemper, Red Cardell signe celui-ci avec Bordel. De l’expression « C’est Red Cardell, bordel ! » que Jean-Pierre Riou lance parfois sur scène durant leurs concerts. Et pour ce retour, ils ont choisi de taper fort. Pépite musicale colorée, conçue à l’origine comme une œuvre, l’album est composé de douze chansons qui racontent chacune une histoire différente.

On a là un album entraînant, survitaminé, comme sait si bien le faire le groupe, avec des chansons aux paroles tantôt chargées de sens, tantôt plus sensibles, parfois intimistes avec des textes où Jean-Pierre n’hésite pas à introduire une part autobiographique – Au Diable, où l’on devine le jeune préadolescent déjà rebelle ou La Ballade de 6 à 8, délicate chanson sur laquelle on imagine sans peine le jeune adulte arpentant les plages de Locquirec, où il a posé ses valises voici bien des années. Des paroles sur des faits d’actualité qui rythment la valse des émotions de J.P. Riou.

Cette fois encore le folk et le rock ont droit de citer. Mais avec une constante tout au long de l’album, une influence bretonne très marquée. Plus d’un air a une coloration nettement traditionnelle et l’on reconnaît au gré des titres des rythmes d’andro, de pilé menu ou de plinn, Le Crin, Je Rêve, Quand Vient le Soir, Tu m’entends.

Et pour ajouter une petite cerise sur le gâteau, les quatre musiciens du groupe – Jean-Pierre Riou, Pierre Sangrà, Fred Lucas et Hibu Corbel – ont choisi d’inviter l’accordéoniste Fred Guichen sur Les Courants d’Air et Plinn Bal Hasard, ainsi que Franck Bougier qui vient avec ses cuivres sur As, Quand Vient le Soir et Tombé. Sans oublier l’apparition discrète de Philippine, la fille de son père, qui fait les chœurs sur la superbe Ballade de 6 à 8.

Au final un album dans la continuité des précédents, riche et divers, tonique et sensible avec une émotion à fleur de peau, à l’image du leader Jean-Pierre Riou.

Arfolk 1209 – media@arfolk.bzh

> Philippe Cousin

Journaliste musical. Passionné de musique celtique, Philippe Cousin écrit des articles et chroniques toujours attendus. Il tient sa propre rubrique depuis plus de 30 ans dans Le Peuple breton et écrit régulièrement dans Irish Music Magazine, un mensuel irlandais. Il participe aussi au webzine 5planetes.com, a écrit pour les magazines Univers celtes et Musiques celtiques et a collaboré pendant 20 ans à Trad magazine. [Lire ses articles]