Logement. Quand Le Figaro fait de la provocation

En pleine crise du logement, pourquoi ne pas investir dans une résidence secondaire en Bretagne ? Cette merveilleuse idée nous vient du Figaro, qui dans deux articles propose un « palmarès des villes et villages où acheter une résidence secondaire face à la mer » et un changement d’adresse fiscale pour éviter la surtaxe sur ces mêmes résidences.

Nombreuses sont les célébrités qui y ont un pied à terre (Didier Deschamps, Laurent Voulzy, Charlotte Gainsourg…) tandis que les Franciliens possèdent 30 % des résidences secondaires en Bretagne, alors pourquoi pas vous ? C’est en somme ce que propose Le Figaro dans cet article du 16 février dernier. Ainsi, le quotidien met un point d’honneur à « mettre en lumière des perles rares (encore) méconnues » : Carnac (70,6 % de résidences secondaires), la Trinité-sur-mer (60,8 %) et Arzon (76,8 %)1.

On ne compte plus les avantages à vivre sur la côte sud armorcaine pour les « habitants des métropoles ». Dans ces havres de « quiétude et de nature », on y trouve des loisirs pour (presque) tout le monde : cheval, golf, bateau… Parisienne arrivée il y a 24 ans, Sophie se dit ravie du « grand bourg » de Carnac où elle s’est intégrée facilement « aux locaux » (comprendre les indigènes qui n’ont pas encore été chassés par la flambée des prix).

L’article reconnaît que les Parisiens (l’article leur est adressé) pourront trouver que « c’est mort l’hiver »… Mais qu’importe, il faut prendre le bon côté des choses ! Les touristes en été ? Sophie, propriétaire d’une maison secondaire à la Trinité sur Mer, préfère s’en « amuser » ! L’article ne dit pas si les 74 % des Bretons estimant que le nombre de résidences secondaires en Bretagne représentent un problème prennent la chose avec amusement2

Mais en Bretagne, tout n’est pas aussi rose que le granite de Ploumanac’h et Le Figaro, journal engagé, a tenu à se pencher sur une situation vraiment révoltante : certaines communes ont en effet décidé d’augmenter les taxes sur ce type de logement, comme la loi le leur permet. Dans un autre article du même jour (16 février), il donne donc la parole aux premières victimes de la crise du logement : les propriétaires des résidences secondaires !

Daniel, sexagénaire parisien, exprime son ras-le-bol et son incompréhension : il n’a même pas d’enfants à l’école, pourquoi paierait-il pour les autres ? Peut être parce qu’il participe à fermer ces mêmes classes, qui sait ? Un autre lecteur du Figaro propose une solution radicale : boycotter « les commerces des communes qui surtaxent », pour que les villes et villages (ces provinciaux ignorants) découvrent vite que les propriétaires de résidence secondaire « sont indispensables à l’économie » ! Analyse brillante qu’il faudrait soumettre à ses habitants qui, eux, comptent les volets fermés l’hiver en attendant la réouverture des commerces pour la période estivale.

Mais en quotidien « national » sérieux, Le Figaro propose aux résidents secondaires de flirter avec les limites de la légalité en exploitant un flou sur la définition de résidence principale3. En changeant d’adresse fiscale, c’est-à-dire en déclarant votre résidence principale dans la commune surtaxant les résidences secondaires, vous évitez cette injustice. « Certains maires vont s’en mordre les doigts ! », se réjouit un lecteur. A la lecture de ce commentaire, on ne doute pas que ces derniers feront marche arrière sur le seul levier qui leur permet de lutter contre la multiplication des résidences secondaires sur leur commune.

On ne peut que féliciter la rédaction du Figaro qui, avec ces deux articles, participe à l’invisibilisation du problème de logement sur les zones littorales, notamment auprès d’un lectorat suffisamment aisé pour se permettre d’acheter des résidences secondaires. On peut espérer que cela n’empêchera pas la prise de conscience collective de cet enjeu car comme le chante Servat, la Bretagne n’a pas vocation à devenir « une réserve d’Armoricains ».

——————

Sources :

« Ras-le-bol de la surtaxe sur les résidences secondaires ! »: ces propriétaires veulent changer d’adresse fiscale, Le Figaro, 16 février 2024

Bretagne : notre palmarès des villes et villages où acheter une résidence secondaire face à la mer, Le Figaro, 16 février 2024

—————–

1 Chiffres pour l’année 2020, Insee, RP2020 exploitation principale en géographie au 01/01/2023

2 “« Un juge peut, par exemple, admettre que la brièveté d’une occupation n’empêche pas le propriétaire de requalifier ce logement comme principal et, à ce titre, de bénéficier de l’exonération de la plus-value au moment de la revente. Et inversement », souligne Me Jean-Pascal Michaud dans Le Figaro

3 La question du logement en Bretagne et en Loire-Atlantique, sondage Ifop pour Ouest France et les notaires de Bretagne, octobre 2023

> Ewenn Guegan

Ewenn Guegan est actuellement étudiant à Sciences Po Paris. Il est investi dans plusieurs associations liées à la culture bretonne (cofondateur et président du Cercle des Kultures Régionales de Scpo) ou à l’égalité des chances (confondateur de DMGE, Du Morbihan aux Grandes Ecoles). Originaire de Languidic, il attache un intérêt tout particulier aux enjeux des territoires ruraux et agricoles.