Degemer/Accueil / À la Une / L’UDB réunit les partisans de la ligne de train Morlaix-Roscoff

L’UDB réunit les partisans de la ligne de train Morlaix-Roscoff

Roscoff, samedi 22 janvier 2022, la section UDB du Pays de Morlaix et des Monts d’Arrée organise un rassemblement pour la renaissance de la ligne de train Morlaix/ Roscoff, fermée suite aux inondations du 3 juin 2018.

200 personnes ont répondu présentes à un rassemblement organisé par la seule UDB. Députée, sénateur, conseillers régionaux et départementaux, maires, associations, syndicat CGT cheminots, ancien chef de gare, population, ils sont tous venus, tous là pour réclamer une ligne de train Morlaix-Roscoff. La presse parle même « d’Union sacrée »… Il était temps de faire bouger les choses, enkystées dans un débat stérile, entre le rôle de l’État et celui du conseil régional. Il était aussi grand temps de faire bouger la population et les militants cloués chez eux par cette pandémie qui n’en finit plus et brise les meilleures bonnes volontés.

La mobilisation a été rendue possible car des conditions nouvelles sont apparues. D’abord le fait que le port de Brest Roscoff va intégrer le réseau Transeuropéen dont vont bénéficier les entreprises et les habitants du Finistère et de Bretagne. Le Brexit étant devenu effectif, il fait de Roscoff, le port le plus proche de l’Irlande. Par ailleurs, la SICA (coopérative agricole de Saint Pol de Léon) a déclaré vouloir aller vers plus de produits « bio » ce qui logiquement devrait entraîner une volonté de réduire l’impact écologique au niveau du transport. La Brittany Ferries, de son côté, faute de débouchés possibles sur Roscoff, doit envisager ses projets de ferroutage sur Cherbourg.

On pourrait rajouter à cela le fait que la crise du COVID 19 a amené de nombreux touristes à s’intéresser aux joyaux de la rivière et de la baie de Morlaix jusqu’à l’île de Batz, que le concept du tout routier avec construction de rond point pour tenter d’enrayer les encombrements de plus en plus nombreux montre ses limites et que l’État, du fait d’impératifs écologiques, est forcé de tenir un langage nouveau par rapport aux lignes de trains dites « secondaires ». Le discours de Jean Castex, le 12 décembre dernier à Épinal pour la réouverture de la ligne de train Épinal/St Dié (fermée, elle aussi en 2018), est éloquent à cet égard : « Nous avons vécu des décennies durant lesquelles l’État et les collectivités considéraient que les dessertes du monde rural coûtaient très cher. Tout le monde a baissé la garde, amorçant un cercle vicieux classique faisant en sorte que les gens ne prennent plus le train et que l’on ferme les petites lignes. Nous sommes l’un des pays qui va consacrer le plus de moyens aux mobilités et au ferroviaire dans le plan de relance France 2030. »

Forte de toutes ces considérations, la section du Pays de Morlaix et des Monts d’Arrée a rencontré les maires des communes impactées par la fermeture provisoire de la ligne. De la maire de Roscoff au maire de Morlaix, en passant par celui de Taulé et celle de Plouenan (par ailleurs conseillère départementale binôme de Maël De Calan). L’UDB a obtenu partout des rendez-vous, récoltant compréhension, encouragements et accord pour être présent. Puis, les associations concernées ont embrayé, notamment l’APMR (association pour la promotion de la ligne Morlaix / Roscoff) qui fait un énorme travail et se souvient avec gratitude de la marche de 25 km des jeunes de l’UDB, entre Morlaix et Roscoff, le 9 février 2019. L’association « A fer et à Flots » qui durant 20 ans a fait découvrir en bateau et en train la rive gauche de baie de Morlaix à plus de 100 000 personnes et qui n’est pas encore remise du mépris de la SNCF à son égard.

Enfin, l’UDB a associé la CGT Cheminots de Morlaix qui se bat toujours et encore pour cette ligne oubliée au fort potentiel négligé, en proposant des solutions réalistes et viables (ses propositions avaient d’ailleurs été transmises aux candidats, lors des dernières élections régionales et départementales).

Sans volonté de récupérer quoi que ce soit, l’UDB a ainsi permis à des forces qui ne se parlaient pas de s’exprimer, de discuter et de constater que, sur ce sujet précis, ils pouvaient s’entendre. La section UDB a salué la bonne volonté de Madame la Maire de Roscoff mettant à sa disposition matériel et personnel pour sécuriser le lieu, ainsi que la grande correction de la gendarmerie de Saint Pol de Léon, rencontrée elle aussi en amont.

Pour conclure cet évènement, les militants locaux de l’UDB ont « donné une leçon de nettoyage à la SNCF » en débroussaillant les voies de la gare abandonnée. Une belle symbolique !

> Michel Beaupré

Rédacteur. Ancien directeur d'école et formateur en IUFM, Michel Beaupré est désormais commerçant en vins. Nantais installé à Morlaix, il est attaché à la question de la réunification administrative de la Bretagne. Il est par ailleurs engagé dans la défense de la ligne de chemin de fer Morlaix-Roscoff. [Lire ses articles]