Accueil / À la Une / Andrew Finn Magill – Roots & Branches

Andrew Finn Magill – Roots & Branches

Les musiciens capables de publier coup sur coup deux albums ne sont pas légion. C’est la performance qu’a pourtant réussie Andrew Finn Magill en sortant successivement Roots puis Branches seulement quatre mois plus tard.

Élevé dans une famille de musiciens irlandais de Caroline du Nord aux USA, Andrew a étudié le fiddle auprès des meilleurs violonistes américains et irlandais. Dès l’âge de seize ans il est finaliste à deux reprises du championnat All-Ireland. Touche à tout de talent, il s’essaie dans le même temps aux musiques américaines Old Time et bluegrass ainsi qu’au jazz. Et à dix-huit ans il publie déjà un premier album Dive & Lift.

Quelques années plus tard, c’est en France qu’il fait ses armes au sein de la compagnie Celtic Dances aux côtés de Kieran O’Hare et Liz Knowles. Il revendique d’ailleurs l’influence de cette dernière ainsi que celle de Martin Hayes ou Liz Carroll. Pas les plus mauvais assurément.

Enfin c’est son projet Roots & Branches qui voit le jour. Sur Roots, on a affaire à dix titres, tous des traditionnels irlandais ou des compositions de musiciens célèbres : Tommy Peoples, Ton Morrow (Dervish), Seán Ryan, Ed Reavy, sans oublier le harpiste T. O’Carolan. On retrouve avec plaisir des morceaux bien connus : The Blackbird, The Green Fields of America, Roisin Dubh ou The Green Fields of Glentown. Andrew a su s’entourer d’excellents musiciens : John Doyle et Seán Earnest (guitare), Cillian Vallely (uilleann pipes), Vincent Fogarty (bouzouki) et Duncan Wickel (fiddle). Un premier album destiné aux « tradophiles ».

Sur Branches, Andrew a choisi une direction différente puisque tous les morceaux ont été composés par lui-même. Délaissant partiellement la musique traditionnelle, même si celle-ci transparaît au fil des airs, il privilégie cette fois ses nombreuses influences comme le jazz, le bluegrass ou les musiques africaines et brésiliennes. Il a fait appel à une foule de musiciens, différents cette fois, pour l’accompagner. Citons en vrac David Brown, Colin Farrell, Seán Gray, Paul McKenna, etc. Le résultat est un album au caractère tout à fait novateur qui allie tradition et modernité.

Deux excellents disques qu’il convient d’écouter avec attention pour en déceler toutes les subtilités.

ANDREW FINN MAGILL – Roots & Branches. Autoproduit – 00261 44064 & 00261 44074 – www.andrewfinnmagill.com

> Philippe Cousin

Philippe Cousin
Philippe est membre du comité de jumelage Plogoneg/Llandysul, au Pays de Galles. Passionné par l'Irlande, il s’y rend très souvent, notamment dans le Donegal (nord-ouest) depuis près de trente ans. Il nourrit une passion pour la musique irlandaise qu’il pratique à l'occasion. Philippe collabore à la version papier du Peuple Breton depuis le début des années 90. Il a écrit également pendant vingt ans dans Trad Magazine, Univers Celtes et Musiques Celtiques et collabore à Irish Music Magazine mensuel irlandais.