Accueil / Degemer / À la Une / Utopia 56 : un an d’existence !

Utopia 56 : un an d’existence !

grande-synthe-equipe-utopia

On parle beaucoup des « migrants » dans les médias. Généralement, les reportages sont anxiogènes et la parole est donnée à ceux, politiques comme citoyens, qui se méfient, qui craignent ces réfugiés.  Il est beaucoup moins question du gigantesque élan de solidarité qui s’est déroulé au cours de l’année 2016. Parmi les chevilles ouvrières de l’accueil de ces réfugiés, on retrouve beaucoup de Bretons et plus particulièrement l’association « Utopia 56 », née à Lorient. Une conférence de presse avait lieu simultanément hier dans diverses villes de France, dont Calais et Paris, mais aussi Quimper et Lorient. Le Peuple breton a assisté à celle de Lorient.

C’est en plein cœur du centre-ville, au bar « Le Parisien », que Gaëdig, Luc et Loïc nous ont donné rendez-vous pour faire le bilan d’une année de mobilisation pour Utopia 56. L’été 2015, le bidonville de Calais passe de 800 à 6 000 réfugiés en quelques semaines. Yann Manzi, un régisseur de festival, décide d’aller voir sur place et d’aider concrètement les réfugiés, dans la boue avec eux. À son retour, il mobilise des amis de Quimper, Lorient, Rennes, avec qui ils fondent Utopia 56, en janvier 2016. L’association a beau être novice, le succès est immédiat ! Aujourd’hui, elle compte près de 4 000 adhérents qui sont tous (ou presque) allés sur place au moins une fois. Très vite après sa création, Utopia 56 a cherché à encadrer la venue des bénévoles en organisant des covoiturages depuis la Bretagne, en trouvant des logements sur place pour les bénévoles, ce qui a facilité leur venue. « Ce qui nous a le plus étonnés au début, c’est de constater que, de manière générale, ceux qui aidaient les réfugiés sur place n’étaient pas les locaux, mais les Anglais ! » se souvient Gaedig. « Ce que nous voulions, c’était d’abord leur assurer des conditions de vie dignes ! Notre rôle principal à Calais a été de ramasser les déchets, d’assurer des points d’eau, de créer des toilettes. Il fallait aussi que nous créions des points de collectes pour les ordures également, car la Ville de Calais refusait de les ramasser. Les camions venaient donc de Saint-Omer, une ville située à 60 kilomètres de là… « Et les choses ont empiré en mars quand l’État a décidé de démanteler le camp… » explique Gaëdig.

Parallèlement, le maire de Grande-Synthe, Damien Carème, confronté depuis de nombreux mois à un camp de réfugiés pire que celui de Calais (un marécage, littéralement), construit avec MSF le premier camp humanitaire de France et propose à Utopia 56 d’assurer sa coordination. En à peine quelques mois, l’association est donc reconnue d’utilité publique et encadre 60 bénévoles par jour en moyenne. Tout est à faire dans les camps et le travail ne manque donc pas (Le Peuple breton a publié plusieurs articles ces derniers mois de militants de l’UDB s’étant rendus sur place) ! « Nous sommes partis de Grande-Synthe le 30 septembre, car nous n’étions pas d’accord avec certaines règles qui voulaient que nous triions les réfugiés. »

Lorsque fin octobre le bidonville de Calais est démantelé, 7 000 réfugiés sont dirigés vers des « centre d’accueil et d’orientation » (CAO) à travers la France. L’association prend alors langue avec la Ville de Paris et investit un camp géré par Emmaüs Solidarité à Porte de la Chapelle. Distribution de vêtements, accompagnement dans les hôpitaux, orientation des réfugiés vers les dispositifs qui leur conviennent le mieux… Les bénévoles s’occupent alors principalement des mineurs. « Passé une certaine heure, les mineurs ne peuvent plus rentrer dans le camp. Devant, il y a des files d’attente de 150 personnes et seules 50 peuvent rentrer par jour, ce qui veut dire que 100 personnes restent à la rue. Nous faisons donc des maraudes pour ceux qui ne sont pas rentrés. Nous les envoyons le plus souvent dans des hôtels et payons la note. Nous gérons l’urgence en somme ! explique Loïc. Il y a quelques semaines, j’ai recueilli une femme et son bébé, par exemple. C’est très important, car, dehors, certains réseaux de proxénètes attendent les mineurs, notamment les adolescentes. »

L’association est donc toujours mobilisée et ses bénévoles également. À Paris, les besoins sont actuellement d’au moins 30 personnes par jour, mais on peut toujours être utile aussi dans le secteur de Calais et Grande-Synthe. À court terme, Utopia 56 veut lancer un observatoire des CAO et « développer la communication en régions, imaginer des dispositifs légaux permettant d’héberger les réfugiés chez les particuliers sans avoir affaire au « délit de solidarité »… » Luc explique : « Vous savez, ces réfugiés, ce sont souvent les forces vives de leur pays. Et ils sont moins bien traités que les animaux de nos paysans en Bretagne ! Beaucoup rêveraient de rentrer chez eux en réalité… » Plus que tout, nos trois bénévoles aimeraient qu’en 2017 les candidats à la présidentielle se positionnent sur cette question, s’approprient le sujet. On peut être sûr que Marine Le Pen le fera dans le sens que l’on sait… mais les autres ?

www.utopia56.com

> Gael BRIAND

Gael BRIAND
Gael BRIAND est rédacteur en chef du mensuel Le Peuple breton depuis 2010. Il est l'auteur de "Bretagne-France, une relation coloniale" et a coordonné l'ouvrage "Réunifier la Bretagne ? Région contre métropoles". [Lire ses articles]