On pourra passer l’épreuve de mathématiques du baccalauréat en breton

À la veille d’une mobilisation devant le Ministère de l’Éducation Nationale des associations en faveur des langues dites « régionales », le Ministre Jean-Michel Blanquer s’est rendu à Sizun, dans le Finistère. France Bleu Breiz Izel a recueilli à cette occasion une surprenante nouvelle…

Interrogé par Valérie Le Nigen et Annaig Haute, le Ministre a lâché que l’épreuve de mathématiques pourra être passée en breton, répondant ainsi à une demande des lycéens Diwan notamment. Deux années de suite, des élèves ont en effet passé leurs épreuves en mathématiques en breton contre l’avis du Ministère et au risque de rater leur baccalauréat. Pénalisés, les membres du collectif Bak e brezhoneg pourront se targuer d’avoir fait plier Jean-Michel Blanquer qui a dit avoir fait preuve de « souplesse » et a justifié son refus des dernières années par le fait que la règle n’avait pas été respectée. « En revanche quand on discute avant et que l’on fait des choses raisonnables tout est possible », a-t-il affirmé au micro de Breiz Izel. Après deux ans de mobilisation, l’écoute est longue et on se doute que la colère des associations qui viennent à Paris n’est pas étrangère à cette annonce. Espérons que les revendications futures, faites en amont, obtiendront plus vite gain de cause !

La réforme du lycée risque toutefois de provoquer des déconvenues pour les militants de la langue bretonne puisqu’il est possible que les épreuves écrites en breton se réduisent au profit du contrôle continu (à lire dans Le Peuple breton de décembre). Un peu moins de visibilité dans un baccalauréat où le breton en avait déjà peu !

> Ar Skridaozerezh / La Rédaction

Journalistes. Le Peuple breton est un site d'information en ligne et un magazine d'actualité mensuel – en français et en breton – imprimé à 4 000 exemplaires chaque mois. Ils sont tous deux édités par Les Presses populaires de Bretagne, maison d'édition associative basée à Saint-Brieuc. L'équipe de la rédaction, entièrement bénévole, est animée par une centaine de rédacteurs réguliers dont des journalistes professionnels.