Royaume-Uni : l’énergie et la question de la réappropriation citoyenne

 Beryl_alpha_from_air

On entend souvent de ce côté-ci de la Manche, et singulièrement en Bretagne, citer de manière exemplaire la politique énergétique conduite par l’Écosse. Il est vrai que le Parlement écossais et à sa suite le gouvernement énoncent un discours particulièrement volontariste en faveur des énergies renouvelables avec, à la clé, des ambitions qui se traduisent en objectifs chiffrés, notamment sur la réduction des gaz à effet de serre. Mais on oublie que l’énergie reste une compétence du Royaume-Uni. Et que la transition énergétique a un coût.

Le territoire écossais et ses eaux, jugés hier particulièrement hostiles, constituent aujourd’hui en Europe une des ressources les plus abondantes dans l’optique d’un verdissement des productions énergétiques du Vieux Continent. Avec l’essor d’une industrie dans le domaine des technologies marines renouvelables olien posé, éolien offshore, hydrolien…), l’Écosse se couvre un nouvel horizon à l’heure où l’exploitation offshore des énergies fossiles en mer du Nord épouse une courbe déclinante…

traittrait long
le pbRetrouvez la suite dans l’édition papier du Peuple breton. Cliquez sur l’onglet «j’achète ce numéro » pour acquérir l’édition du PB contenant cet article. Sinon, vous pouvez aussi vous abonner pour ne rien rater !
Je m'abonne 2

J'achete

> Ar Skridaozerezh / La Rédaction

Journalistes. Le Peuple breton est un site d'information en ligne et un magazine d'actualité mensuel – en français et en breton – imprimé à 4 000 exemplaires chaque mois. Ils sont tous deux édités par Les Presses populaires de Bretagne, maison d'édition associative basée à Saint-Brieuc. L'équipe de la rédaction, entièrement bénévole, est animée par une centaine de rédacteurs réguliers dont des journalistes professionnels.