Langues. Et si la France ratifiait la Charte ?

bzhg yezh ofisiel jord ar meur

La Charte européenne des langues régionales et minoritaires, signée en 1992 par la France, mais non ratifiée, est devenue, au fil du temps, le symbole de la résistance à l’uniformisation linguistique et culturelle de l’État. Pour de nombreux militants bretons, elle reste un but à atteindre et sa ratification est réclamée à cor et à cri. Or, François Hollande vient justement d’annoncer qu’il relançait le processus de ratification. Paradoxalement, rares sont les militants à avoir lu en quoi consiste la Charte. Le Peuple breton décrypte les tenants et les aboutissants du processus.

La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est une convention destinée à protéger et à promouvoir les langues régionales ou minoritaires en tant qu’aspect menacé du patrimoine culturel européen, mais également à favoriser l’emploi de ces langues dans la vie privée et publique.

<Elle a été élaborée en lien avec la Conventioncadre pour la protection des minorités nationales, convention que la France na pas signée ! Légalement parlant, il ny a en effet en France quun peuple et une nation. Sont appelées « langues régionales ou minoritaires » les langues « pratiquées traditionnellement sur un territoire dun État par des ressortissants de cet État qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de lÉtat ». Elle ninclut ni les dialectes de la langue officielle de lÉtat, ni les langues des migrants. À noter que la Charte concerne les langues et non pas leurs locuteurs en tant que groupe.

traittrait long
le pbRetrouvez la suite dans l’édition papier du Peuple breton. Cliquez sur l’onglet «j’achète ce numéro » pour acquérir l’édition du PB contenant cet article. Sinon, vous pouvez aussi vous abonner pour ne rien rater !
Je m'abonne 2

J'achete

> Ar Skridaozerezh / La Rédaction

Journalistes. Le Peuple breton est un site d'information en ligne et un magazine d'actualité mensuel – en français et en breton – imprimé à 4 000 exemplaires chaque mois. Ils sont tous deux édités par Les Presses populaires de Bretagne, maison d'édition associative basée à Saint-Brieuc. L'équipe de la rédaction, entièrement bénévole, est animée par une centaine de rédacteurs réguliers dont des journalistes professionnels.