Accueil / À la Une / Gérard Delahaye – Jardin d’Éden

Gérard Delahaye – Jardin d’Éden

On le connaît surtout pour ses albums pour enfants (12 au compteur) et le Trio EDF au succès jamais démenti (6 albums à ce jour). Mais Gérard Delahaye a d’autres cordes à son arc ou à sa guitare devrait-on dire…

Car Gérard Delahaye a un répertoire « pour adultes ». S’il a produit plusieurs disques dans les années 70/80, il a ensuite consacré davantage sa carrière aux petites pousses, nous gratifiant de-ci de-là, de quelques perles comme La mer au cœur en 1991 ou La Ballade du Nord Ouest en 1997 (1).

Plus proches de nous, Guillou pour les intimes en 2001 et Rue Poullic al Lor en 2012. Puis le silence jusqu’à aujourd’hui. En février prochain sortira le magnifique Jardin d’Éden. Une douzaine de chansons intemporelles, cueillies au fil des années et de ses rencontres.

Un très bel album aux tendres coloris pastels et naïfs, un peu à l’image de la peinture qui orne la pochette, tout en nuances. Pourtant la naïveté se borne peut-être au visuel de l’album car les douze chansons sont toutes chargées de sens. La nature, l’amour, la mélancolie, l’indignation se succèdent au travers des paroles d’un poète parfois trop modeste pour en revendiquer le titre.

Bien entendu la Bretagne est aussi présente au détour de telle ou telle chanson, même si cela ne saute pas aux yeux, comme sur Galaxie libellule, Au Menez-Hom ou Fest noz. En humaniste qu’il est, Gérard ne manque pas l’occasion de saluer l’Afrique et ses malheurs sur La guitare de Gao ou les migrants sur D’abondance et de liberté.

Gérard Delahaye a fait appel à une pléiade de talents pour produire ce très bel objet, parmi lesquels les amis de toujours, Patrick Ewen et Yvon Le Men pour lui répondre sur Shakespeare n’est pas mort. Et puis citons encore Dan Ar Braz, Patrick Boileau, Dominique Molard, Paul Leclerc au uilleann pipes ou Barri Boubacar Souleimane à la calebasse.

Les atmosphères naviguent de la Bretagne au Mali en passant par le jardin d’Éden bien sûr. Un album magnifique qui ne fait que confirmer le talent de ce faiseur de chansons et poète du quotidien.

Dylie 3212 – www.coop-breizh.fr

(1) PB Juin 1997

> Philippe Cousin

Philippe est membre du comité de jumelage Plogoneg/Llandysul, au Pays de Galles. Passionné par l'Irlande, il s’y rend très souvent, notamment dans le Donegal (nord-ouest) depuis près de trente ans. Il nourrit une passion pour la musique irlandaise qu’il pratique à l'occasion. Philippe collabore à la version papier du Peuple Breton depuis le début des années 90. Il a écrit également pendant vingt ans dans Trad Magazine, Univers Celtes et Musiques Celtiques et collabore à Irish Music Magazine mensuel irlandais.