Accueil / À la Une / Un assaut sans précédent sur les libertés académiques !

Un assaut sans précédent sur les libertés académiques !

La nuit de l’annonce du reconfinement, mercredi 28 octobre, le Sénat a voté, sur proposition de la rapporteure du texte Laure Darcos (LR) la restriction des libertés académiques au « respect des valeurs de la République ».

Lesdites valeurs n’ont pas été listées ni définies dans le texte, et sont laissées à l’interprétation libre des gouvernements successifs. C’est un recul inouï des conditions de possibilité de la recherche scientifique en France.

Cet amendement est catastrophique pour les sciences humaines. Linguistes, historien.ne.s, sociologues, archéologues, ethnologues, ethnopsychiatres, géographes, anthropologues, philosophes, etc., nos objets d’étude peuvent pour la plupart être construits, selon un parti politique ou un autre, comme dérangeant les valeurs de la République. Les répercussions sont immenses. Pour ne prendre qu’un exemple concret qui concerne directement la Bretagne, longtemps dans l’histoire de la République française, l’existence de langues parlées en France qui ne sont pas le français, ou l’idée même que le français a des variétés dialectales, ont été construites comme un danger pour la République, et une attaque intrinsèque de ses valeurs. L’étude de ces langues, ou même toute étude scientifique qui prend en compte leur existence dans les faits, ce qu’impose la rigueur scientifique, est très aisément constructible politiquement comme antagoniste avec les valeurs de la République.

La restriction des libertés académiques, pourtant jusqu’ici garanties constitutionnellement, installe le monde scientifique dans une recherche de prudence politique, et non de faits scientifiques.

Il est crucial que le monde de la recherche puisse développer ses recherches indépendamment de valeurs nationales, quelles qu’elles soient. C’est une question de principe de rigueur scientifique, et très pragmatiquement, une question de crédibilité internationale. Voulons-nous qu’il soit plus aisé d’analyser la société française à partir de l’étranger ? Voulons-nous saborder la crédibilité de nos scientifiques à l’internationale ? A l’heure où la France demande à ses chercheuses et chercheurs d’être compétitifs sur des publications en anglais évaluées par des pairs à l’international, il est grotesque de soumettre le monde scientifique aux interprétations politiques fluctuantes de l’exécutif français, influençables par la moindre tempête médiatique.

Le cœur de la politique est la proposition et la discussion de valeurs communes pour faire société.

La politique a besoin, pour ce faire, d’être éclairée par les sciences humaines. Elle ne peut pas l’être si les scientifiques craignent l’exécutif et se censurent pour tenter de lui complaire.

Chaque citoyen, chaque citoyenne, a en tête un gouvernement potentiel dont les « valeurs » proclamées nient des faits historiques, sociaux, humains. Nous sommes en démocratie, ce qui signifie que des partis divers, avec leurs interprétations toutes personnelles des valeurs de la République, peuvent arriver au pouvoir. La recherche ne peut être bornée par l’ensemble des interprétations possibles, fluctuantes par définition, de ce qui constitue les « valeurs de la république », ou de ce qui constitue son « respect » pour le spectre politique possible en son entier.

Cet amendement est une tentative de contrôle de la recherche par l’exécutif sans commune mesure avec les autres mesure de la loi de programmation de la recherche (LPPR) en passe d’être adoptée par le Parlement, et qui vont toutes dans le même sens. Cette loi de programmation constitue un assaut généralisé contre les conditions d’exercice de la recherche en France. Elle démultiplie les mécanismes de dépendance et d’emprise de l’exécutif dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Les protections statutaires et les financements pérennes sont encore amoindris, dans un contexte d’épuisement financier et moral des universités. L’exécutif prétend compenser ces attaques par des primes et des financements orientés, qui assument ainsi de piloter l’orientation des recherches scientifiques. On a vu avec le sous-financement des recherches sur les virus ce que vaut un pilotage de la science par des non-scientifiques.

Comme le souligne le collectif RoguESR : « quoi qu’on pense de ces mesures, il s’agit de changements profonds, touchant aux fondements mêmes de l’Université et de la Recherche française. Adopter de tels changements sans débat public, sans même en informer la communauté académique, et sans prendre aucune des précautions indispensables à leur bonne mise en œuvre représente un danger objectif et indéniable. »

Pour aller plus loin:

compte rendu

https://universiteouverte.org/2020/10/29/enseignement-superieur-et-recherche-appel-solennel-pour-la-protection-des-libertes-academiques-et-du-droit-detudier/

pétition adressée au président du Sénat et au président:

https://www.mesopinions.com/petition/politique/enseignement-superieur-recherche-appel-solennel-protection/111627

article de Pascal Maillard sur médiapart:

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/291020/loi-recherche-une-atteinte-majeure-la-liberte-d-expression

 

Article également publié sur Bretagne-info

 

> Mélanie Jouitteau

Mélanie Jouitteau
Mélanie Jouitteau est chercheuse en linguistique au CNRS, spécialisée sur la langue bretonne. Elle développe depuis 2009 la wikigrammaire du breton ARBRES. Sous le nom de Mélanie Giotto, elle est aussi comédienne et écrit pour le théâtre. Elle est co-fondatrice de la compagnie Paritito en Finistère.