Accueil / À la Une / Catalogne / Espagne : un peu d’histoire pour comprendre la crise

Catalogne / Espagne : un peu d’histoire pour comprendre la crise

Les dernières élections générales anticipées à Cortès, le 10 novembre (10-N), n’ont pas apporté les changements espérés par Pedro Sanchez. Nous pensons que c’est la question catalane et les sentences de la justice espagnole qui en sont la cause. Elles ont empoisonné et enkysté la campagne électorale et provoqué la situation politique d’impasse actuelle.

Désormais, l’extrême droite de Vox est la troisième force politique du pays. Elle renforce les craintes que nous exprimions depuis un certain temps et confirme, l’opinion que nous allons exposer. En effet, comme ailleurs en Europe, l’Espagne homologue ainsi son panorama politique avec une extrême-droite qui couvait à l’intérieur du Parti populaire (fraction Aznar) et qui maintenant est bien visible. Chaque pays européen a l’extrême droite qu’il mérite ou sécrète et celle de l’Espagne provient du franquisme. Elle marque une singularité, qui est le résultat de l’histoire tourmentée des deux derniers siècles.

Revenons à la Catalogne et à la semaine qui a suivi le 14 octobre 2019, jour de la sentence du tribunal suprême de l’État espagnol, infligeant des peines allant jusqu’à cent ans de prison aux dirigeants indépendantistes. À partir de ce jour-là, la violence est apparue pour la première fois en Catalogne. C’étaient des groupes minoritaires de jeunes révoltés par un verdict qu’ils considéraient totalement injuste. Auparavant, les grandes manifestations indépendantistes avaient toutes été pacifiques et populaires.

Après ces nouvelles élections du 10-N, Pedro Sanchez ne pourra pas faire de miracle, il devra compter sur un contexte très conflictuel qu’il a hérité de la période antérieure du gouvernement du Parti populaire de Mariano Rajoy. Rappelons que ce dernier a non seulement provoqué le conflit avec la Catalogne, mais que pendant cinq ans il a refusé tout dialogue avec ses représentants.

Après le référendum du 1er octobre 2017 et les nombreux rebondissements, la justice espagnole a rendu un verdict insolite qui révèle le retard accumulé par cette institution et la conception étroite et partisane des hauts magistrats espagnols. Elle rappelle étrangement des méthodes et des conceptions d’un autre temps, celui du Tribunal d’ordre public du franquisme, dont ils sont issus. Pour de nombreuses raisons, la Transition démocratique, qui se déroula de 1978 à 1982, n’avait pas pu s’appliquer dans le domaine des institutions de la justice espagnole, qui est restée inchangée.

Ces derniers semaines à Barcelone, j’ai pu lire dans la presse catalane de nombreuses observations et des critiques venant des intellectuels et autres commentateurs, à propos du manque de démocratie de la part des responsables politiques espagnols, des hauts magistrats du Tribunal suprême et, plus généralement, ils se plaignaient des opinions agressives et partisanes de la presse madrilène.

J’arrive moi aussi au même constat du manque d’expérience démocratique en Espagne ; j’ajoute souvent qu’elle a tout juste 40 ans, alors qu’en gros, le Royaume-Uni en a 300 derrière lui, la France 200 et l’Italie une centaine d’années. Cependant, autant comme observateur actuellement extérieur (je réside en Bretagne), que comme commentateur relativement impliqué, j’aimerais aller un peu plus loin et me demander quelles sont les causes historiques de ce manque d’expérience démocratique.

Ces mêmes intellectuels catalans s’empressent souvent à donner des preuves historiques de la longue expérience démocratique de la Catalogne. En effet, l’historien français Pierre Vilar, spécialiste de la Catalogne, l’atteste lui aussi. D’ailleurs, cette lutte pour la démocratie coïncide souvent avec son affirmation nationale et catalaniste. C’est pour cette même raison qu’elle a été souvent réprimée par les monarchies et les dictatures de l’État espagnol. En 1961, Pablo Casals se plaignait de cette même situation à la Maison-Blanche devant J.F. Kennedy.

Par conséquent, il faut revenir à l’histoire de l’Espagne et nous demander quelle a réellement été sa relation avec la démocratie moderne. Et là, on s’aperçoit que les périodes libérales et démocratiques sont très brèves et le plus souvent complètement frustrées. Remontons seulement au début du XIXe siècle et constatons ce qu’il advint durant l’épisode napoléonien, de 1808 à 1811. Il en sortit la constitution libérale de Cadix (la Pepa), rédigée en 1810 sous le règne de Josep Bonaparte. Elle fut promulguée par les Cortes de Cadix, en 1812. Néanmoins, elle ne fut jamais appliquée, et le roi Ferdinand VII l’abolit en 1814. Les libéraux en furent très mécontents et leur opposition grandissante conduisit à la « révolution » de 1820. Toujours sous le règne de Ferdinand VII, la Pepa (le nom qui donna lieu à l’expression populaire : Viva la Pepa) va s’appliquer de 1920 à 1823, durant le trienio libéral. Trois années relativement libérales durant lesquelles l’inquisition fut supprimée.

L’influence des encyclopédistes et de l’esprit des Lumières se manifeste grâce à l’association « Los Amigos del País ». Elle regroupa pendant et après l’épisode napoléonien ce que l’on a nommé les « afrancesados ». C’étaient des intellectuels et des artistes, comme le peintre Francisco de Goya (1746-1828), l’historien Antoni de Capmany (1742-1813), l’écrivain Gaspar de Jovellanos (1744-1811), le dramaturge Leandro F. Moratin (1760-1828), le musicien Fernando Sor 1778-1839), etc. Avec eux, de nombreux libéraux et fédéralistes connaîtront le bannissement et l’exil, surtout en France. Rappelons que le grand peintre Goya continua en exil son œuvre Les désastres de la guerre à Castres et qu’il mourut à Bordeaux.

Après l’abdication du roi d’Espagne, Amédée 1er de Savoie, en février 1873 (Marx en fera le premier roi gréviste de l’histoire), les libéraux, républicains et fédéralistes, dont le Catalan Francesc Pi y Margall (1824-1901), écrivain et homme politique, proclamèrent la Première République espagnole fédérale. Ils appartenaient au Parti républicain démocratique fédéral. Pi y Margall fut le second des cinq présidents qui se succédèrent. Elle ne dura que de février 1873 à décembre 1874. Mais ce fut la première tentative républicaine de l’histoire espagnole. Elle fut courte et très instable. Le coup d’État du général Pavia mit fin à la République fédérale en janvier 1874, sa fin déboucha sur la restauration de la monarchie des Bourbons. Par la suite, il y eut encore trois conflits armés : la 3e guerre carliste (1869-1876), le soulèvement cantonal (1856-1886) et les dix années de la guerre de Cuba, de 1868 à 1878, qui rependra en 1895 et aboutira à l’indépendance de Cuba en 1898.

La période comprise entre « la Gloriosa », une journée glorieuse marquant le soulèvement révolutionnaire de septembre 1868, qui détrôna Isabell II et le pronunciamiento militaire de décembre 1874, qui restaura les Bourbons, indique ce que l’on a nommé le « Sexenio Democrático ». Une période de six ans marquée par de nombreux conflits sociaux et politiques. En fait, c’est la fin de la révolution libérale et l’échec d’une expérience démocratique. Lors de cette période historique vont se succéder : un gouvernement provisoire, une monarchie constitutionnelle, une république d’abord fédérale, puis centraliste, une guerre civile et la Première Guerre à Cuba. Pendant ces années de la seconde moitié du XIXe siècle, on voit émerger de nouvelles tendances politiques : les unionistes et monarchistes, les progressistes, les démocrates, les républicains, les régionalistes (cantonalistes) ; de son côté, la classe ouvrière se renforce et commence à s’organiser à cette même époque.

Tout au long de ce dramatique XIXe siècle espagnol, la situation économique et politique est catastrophique. Après les nombreux désastres coloniaux, l’État espagnol se trouve dans une situation économique complètement exsangue ; elle perd ses deux dernières colonies (et leurs ressources), les Philippines et Cuba, en 1898.

Par contre, la France depuis 1830 est à la conquête coloniale d’une grande partie de l’Afrique et de l’Asie du Sud-est. Ce qui va permettre à la IIIe République française de construire un État moderne, fort et centralisé. Rien de semblable pour l’État espagnol. Ce sont vraiment deux perspectives inversées.

Ajoutons à cela que, dès la moitié du XIXe siècle, la Catalogne et le Pays basque ont pu réaliser une révolution industrielle comparable à celle de nombreux pays européens. La Catalogne, qui n’a pas de matières premières, possède par contre, la matière grise grâce à une longue expérience manufacturière. De son côté, le Pays basque possède de l’énergie, du fer et du charbon. Mais, là aussi, rien de comparable ne va se produire à Madrid, ni en Castille ni dans le reste de la péninsule. C’est-à-dire, pas de révolution industrielle, pas de bourgeoisie et donc pas de possibilités pour développer une vie politique moderne (avec, bien sûr, tous les conflits inhérents) entre la bourgeoisie et le prolétariat, qui vont malgré tout conduire, peu à peu, conquête sociale après conquête sociale, vers une démocratie moderne.

Puis au XXe siècle l’Espagne va encore subir deux dictatures militaires, appuyées par l’église, la noblesse et les grands propriétaires fonciers. Entre les deux dictatures, la pauvre Seconde République espagnole, proclamée le 14 avril 1931, entraînera l’abdication d’Alphose XIII et expérimentera deux années de démocratie de 1931 à 1933. Suivent les deux années du bienio negro de la droite espagnole (1934-1936), elle est de retour au pouvoir parce qu’elle craint la reforme agraire. Le Front populaire gagnera les élections de février 1936 et la jeune démocratie espagnole connaîtra un répit de cinq mois et sera rapidement confrontée au soulèvement militaire de Franco, en juillet 1936. Suivront trois années de Guerre civile et de résistance héroïque face au fascisme et puis, en 1939, une dictature de près de 40 ans va traumatiser l’Espagne.

Dans ces lourdes circonstances historiques, après la mort du dictateur Franco, en 1975, la Transition démocratique (1978-1982) a été une expérience moins reluisante et moins réussie que ce que l’on en a souvent pensé. Aujourd’hui, nous voyons beaucoup mieux les erreurs et les déficits démocratiques imposés par les « Poderes fácticos » (les fameux Appareils idéologiques d’État, AIE, de l’époque, du philosophe marxiste, Louis Althusser, 1970), c’est-à-dire, l’armée, l’église, la banque, la justice, la police, etc.

En 1978, la démocratie naissante et balbutiante espagnole se trouva sous la tutelle des pouvoirs coercitifs d’un État hérité directement du franquisme. Aujourd’hui, quarante années plus tard, cet État s’est sans doute modernisé, notamment du fait de son adhésion à l’Union européenne en 1986, mais certains secteurs et des ministères, comme celui de la justice, traînent encore derrière eux, les stigmates du franquisme. Les Catalans indépendantistes emprisonnés ou en exil en savent quelque chose et en souffrent les conséquences, mais aussi, plus généralement, le peuple espagnol, notamment en ce qui concerne la mémoire historique et la reconnaissance des victimes républicaines du franquisme qui réclament toujours la possibilité de localiser et d’ouvrir les fosses où sont ensevelis les restes des membres de leurs familles.

Pour en revenir à l’impasse actuelle de la crise catalane, elle a mis en évidence la faiblesse de la démocratie espagnole. Elle a fini par contaminer le contexte politique de l’ensemble de l’État espagnol ainsi que la structure et les conceptions politiques des deux grands partis historiques (PSOE et PP) et de ceux qui ont récemment émergé, Ciudadanos et Podemos. Cette crise a aussi réveillé les vieux démons de l’Espagne traditionnelle, noire et profonde, celle de la Castille des hidalgos, des hobereaux et de la grandeur de l’Empire espagnol du XVIIe siècle, auquel Vox et d’autres rêvent encore. La joie et l’espérance se sont transformées en rictus et en « esperpento » (ce sentiment tragique de la vie). Et tout cela, au point d’effacer les velléités démocratiques de la Transition des années 80. Désormais, nous entrons sans doute dans une décennie de repli et de réaction en Espagne, comme un peu partout en Europe et dans le monde.

En résumant, nous pouvons considérer que l’Espagne a connu une histoire moderne très tourmentée et que sa relation avec la démocratie a été sporadique, tronquée et finalement frustrée. Aujourd’hui, elle n’est toujours pas pleine ni mature. Et cela, alors même que certains membres du gouvernement socialiste de Pedro Sanchez prétendent que la démocratie espagnole est réelle et aboutie. C’est davantage un désir et une représentation de leur part, qu’une réalité observable. Une preuve est donnée par la récente déclaration de Carmen Calvo, vice-présidente du gouvernement, qui menace la Belgique de représailles si elle ne respecte pas sa demande d’extradition de Carles Puigdemont pour sédition. Pedro Sanchez lui-même ne fait plus la différence entre les indépendantistes de Carles Puigdemont et l’extrême droite. Et cela, dans un contexte politique délétère et sous la pression de la droite du Parti populaire, de Ciudadanos et désormais de Vox, qui veut en finir avec l’autonomie. Mais confondre le nationalisme de centre droit des indépendantistes catalans avec celui de l’extrême droite est, à mon avis, de la part de Pedro Sanchez, une grave erreur.

C’est en tout cas, la démonstration de la faiblesse, de l’aveuglement, et du manque de compréhension de l’autre, dans ce cas, les indépendantistes catalans, qui continue, alors même que Pedro Sanchez représentait un espoir, puisqu’il leur avait promis le dialogue, lors de son élection inespérée de 2018. Dialogue qui n’existe toujours pas.

Ce ne sont pas seulement les imperfections de la « Transition démocratique » qui sont en cause, comme l’a écrit Médiapart le 10 novembre, mais bien une question structurelle de fond, qui provient de plus loin dans l’histoire, bien avant la transition, comme nous l’avons indiqué plus haut. Actuellement, elle concerne, entre autres, les conceptions et les pratiques juridiques de la haute magistrature de l’État et souligne, bien évidemment, le déficit démocratique qui continue à envenimer la vie politique espagnole. C’est ce que nous avons voulu souligner avec cet article.

> Gentil Puig Moreno

Gentil Puig Moreno
Gentil Puig Moreno est un sociolinguiste et chercheur catalan. Disciple de l’occitan Robert Lafont et du linguiste catalan Antoni Badia i Margarit, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la Catalogne.