Accueil / À la Une / Le Morbihan veut débloquer 1 million d’euros pour Notre-Dame

Le Morbihan veut débloquer 1 million d’euros pour Notre-Dame

Morbihan
Jean-François Goulard, président du Conseil départemental du Morbihan

Le 16 avril, le Président du département du Morbihan, François Goulard, annonçait soumettre à la prochaine session de l’assemblée un don de 1 million d’euros afin de participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

En plus d’être un monument magnifique ayant traversé les âges, Notre-Dame de Paris est en effet un symbole. Que ce soit patrimonialement, artistiquement ou religieusement, la cathédrale mérite sans aucun doute d’être reconstruite. Cette décision de François Goulard pourrait donc apparaître, dans ce contexte, partir d’un bon sentiment. Seulement, nous parlons d’un million d’euros alors que les dons pour la reconstruction affluent déjà du monde entier et que le financement est déjà acquis.

Chaque monument, connu ou non, grandiose ou pas, est le fruit de vies passées, de l’esprit d’un temps qui a construit le nôtre, un témoin de ce qui a fait ce que nous sommes. La petite chapelle de campagne au fond de la Bretagne ne mérite-t-elle pas autant de respect que Notre-Dame ? De toute part, pourtant, les demandes d’aides pour rénover, ou simplement maintenir en état, des dizaines de monuments à travers le département ne reçoivent pas de réponse. Ainsi disparaissent petit à petit des bijoux de notre histoire : églises, chapelles, châteaux, simples fontaines oubliées ou autre petits manoirs.

Paradoxalement, François Goulard est aussi un champion de la restriction budgétaire… en témoigne la crise inédite que traversent les pompiers du Morbihan. Ces derniers maintiennent une confrontation sociale avec la direction du SDIS, présidée par le conseiller départemental Gilles Dufeigneux. Ils dénoncent un manque criant d’effectifs et d’écoute. Les seules réponses reçues pour le moment sont mépris, pressions et menaces.

En pleine période de restriction de dotations aux collectivités locales, dont le « Grand Paris » est déjà l’une des raisons majeures, devons-nous réellement jouer à une surenchère en nous passant de finances qui sembleraient une goutte d’eau par rapport aux sommes déjà engagées mais qui sont pourtant si nécessaires sur place ?

A lire aussi le communiqué de l’UDB

> Jean-Christophe Cordaillat-Dallara

Jean-Christophe Cordaillat-Dallara
Jean-Christophe Cordaillat-Dallara est un militant de l’UDB.