Accueil / Degemer / À la Une / Gros succès pour la première manche du concours de bagadoù à Brest

Gros succès pour la première manche du concours de bagadoù à Brest

Dimanche 26 février, le Quartz, à Brest, a fait le plein. Des dizaines de personnes cherchaient désespérément des billets, beaucoup d’autres, d’un peu partout, le visionnaient en direct sur les réseaux. Quoi ? La première manche 2018 du Concours des Bagadoù de 1ère catégorie. Et personne n’a été déçu devant le niveau des prestations. C’est en tout cas ce qu’a fait remarquer le jury en disant que ce niveau élevé avait entraîné de longues délibérations et des difficultés à noter.

La catégorie reine comporte 15 bagadoù, mais cette année – et comme le règlement l’autorise – Quimperlé a pris son droit à une année sabbatique, entraînant un concours à 14 à Brest.

Pour rappel, en 2017, si le Bagad Kemper avait remporté la manche de Lorient, au classement final (Brest + Lorient), c’est Cap Caval qui l’avait emporté, les Bagadoù Kevrenn Alre d’Auray et Roñsed Mor de Locoal-Mendon prenant les 3ème et 4ème places. Les deux premiers de la 2ème catégorie, Plougastel-Daoulas et Cesson-Sévigné, prenaient la place des Bagadoù de St Nazaire et d’Elven, qui 14ème et 15ème descendaient en 2ème catégorie.

Cette année, les créations musicales imposées devaient être liées aux terroirs du pays gallo (Loudéac, Rennes, Dol, Penthièvre…). Si le Bagad Plougastell n’a pas démérité, il termine quand même assez loin des autres avec un note de 12,07. Les débuts en 1ère catégorie ne sont pas toujours faciles. Ce qui permet d’admirer la performance de l’autre promu, le Bagad Saozon-Sevigneg, qui a réussi avec 14,22 à se classer 9ème sur 14 ! En remontant dans le classement, on trouve 9 bagadoù, dont justement Cesson, classés entre 13,47 et 14,92, certains parfois séparés d’un centième de point. Le 1er du peloton étant, après une belle prestation, le Bagad Melinerion de Vannes, qui finit 5ème, comme à Lorient en 2017. Enfin, même s’il n’est que 8ème, le Bagad Quic-en-Groigne de St Malo a eu la grande satisfaction de recevoir le prix du jury pour la « meilleure suite de la journée ».

On en arrive maintenant aux 4 premiers, loin devant car on passe brusquement de moins de 15 à plus de 16. On trouve les 4 mêmes qu’à Lorient, mais dans un ordre différent, le perdant dans l’histoire étant le Bagad Kemper qui n’obtient – tout est relatif – « que » 16,35. Comme on a déjà eu l’occasion de le dire en 2016, le Bagad Kemper est toujours parfait techniquement, mais manque sans doute d’originalité dans le programme. Pas très loin devant néanmoins, avec de très belle prestations, Locoal-Mendon est 3ème avec 16,52 et Auray 2ème avec 16,65.

À Lorient au mois d’août, la bagarre sera rude pour être sur le podium entre ces 3 bagadoù, du moins, c’est très probable, pour les places de 2 et 3 sur ce podium. En effet, on voit mal à moins d’une sévère contre-performance qui pourrait empêcher Cap Caval d’être champion 2018, puisqu’ils ont obtenu à Brest la note de 17,66, plus d’un point d’avance sur le 2ème! Il faut dire que la prestation a été brillante. Juste un exemple : le bagad avait choisi comme nom et comme thème de sa prestation « Les mineurs du chemin de fer », proposant un voyage musical sur la ligne « Carhaix-La Bohénière », l’ancienne ligne à voie unique qui reliait Carhaix à Loudéac. À un moment où seules jouaient les caisses claires, on avait vraiment l’impression d’entendre rouler le train sur les rails. Une des raisons sans doute qui ont fait que Cap Caval a reçu aussi du jury le « 1er prix batterie » du jour.

Enfin, pour l’anecdote et pour rester dans l’actualité, un des percussionnistes du Bagad Brieg était le père du désormais célèbre petit Fañch. Avec un tilde sur Fañch evel just !

> Christian Pierre

Christian Pierre
Né en 1949, Christian PIERRE est membre de l'UDB depuis 1977 et du bureau de sa fédération depuis 1979. Très engagé pour la Bretagne, il est très investi aussi dans les Droits de l'Homme, comme à l'ACAT (ONG chrétienne de lutte pour l'abolition de la torture et contre la peine de mort) dont il est coordonnateur régional. Il milite enfin pour les droits du peuple palestinien.