Accueil / À la Une / Tribunaux et gouvernement espagnols maintiennent la pression sur la Catalogne

Tribunaux et gouvernement espagnols maintiennent la pression sur la Catalogne

Ce vendredi 12 janvier 2018, incertitudes, bras de fer et répression politique continuent de caractériser la situation en Catalogne, alors que se déroulent les tractations et discussions entre les partis indépendantistes pour être en mesure de contrôler la présidence du Parlement de Catalogne et surtout d’élire le président de la Generalitat et de former le nouveau gouvernement. Le président Carles Puigdemont, toujours exilé à Bruxelles, a réuni son futur groupe parlementaire – Junts per Catalunya – dans la capitale européenne pour préparer la stratégie de la prochaine législature. La veille, le président avait activé un nouveau site internet intitulé « Govern de la República » (Gouvernement de la République) qui prend ainsi le relais de « Govern legítim » et se veut le « site officiel d’information du président, du vice-président et des ministres du gouvernement » catalan légitime.

Les autorités espagnoles de leur côté maintiennent une pression maximale sur la Catalogne : maintien de la prison préventive pour les élus et présidents d’association (après qu’ils aient été entendu le mercredi 11 par le tribunal et qu’ils aient réitéré leur demande de remise en liberté), refus de rapprochement dans une prison catalane, refus de liberté conditionnelle aux élus emprisonnés pour pouvoir être présent à la session de constitution du nouveau Parlement, refus du Tribunal Constitutionnel d’examiner le recours contre la suspension de l’autonomie (« article 155 ») et annonce par Madrid du maintien du contrôle des institutions catalanes si le Parlement élisait Carles Puigdemont. Le délégué du gouvernement espagnol avait déjà avancé cette même semaine que les finances catalanes resteront très certainement sous tutelle, même après la levée des mesures spéciales de l’article 155. De plus en plus de juristes espagnols jugent que les décisions de Madrid et des tribunaux espagnols ne respectent pas les principes du droit et constituent des « dysfonctionnements particulièrement grave ».

> Alà Baylac Ferrer

Alà Baylac Ferrer
Alà Baylac Ferrer est le directeur de l’IFCT, Université de Perpinyà.