Accueil / Degemer / À la Une / Kurdistan. Le tour de passe-passe de Massoud Barzani

Kurdistan. Le tour de passe-passe de Massoud Barzani

Tout change et rien ne change. Alors que la presse française relaye majoritairement ce que le pouvoir du Kurdistan irakien veut laisser entendre, la démission de Massoud Barzani semble plus que jamais un trompe-l’œil.

Dans une lettre au président de l’Assemblée kurde datant du 28 octobre, le président de la région autonome du Kurdistan d’Irak, Massoud Barzani, a annoncé qu’il se retirait de la présidence à compter du 1er novembre, date à laquelle était initialement prévues des élections. Alors que des élections parlementaires et présidentielle devaient se tenir le 1er novembre dernier, la Haute commission électorale a suspendu ces préparatifs pour des raisons politiques, de sécurité, mais aussi techniques… du fait de l’absence de candidat ! Ce simple indice aurait du mettre la puce à l’oreille de la presse hexagonale qui s’est contentée de relayer la dépêche AFP. Très peu de médias ont corrigé le tir.

Dans sa lettre, le président Barzani, qui vient d’essuyer un cinglant revers suite à son référendum d’autodétermination non reconnu par la communauté internationale, prétend « se retirer », refusant que la loi soit amendée pour le laisser au pouvoir et oubliant de préciser que son propre mandat a expiré en 2013 et que c’est le parlement qui l’avait prolongé. Un parlement qui est d’ailleurs loin d’être des plus vivaces tant il se réunit peu. C’est pourtant à lui que revient la charge de se réunir « dans les meilleurs délais pour assurer qu’il n’y ait aucun vide légal dans l’exécution des pouvoirs du président ».

Massoud Barzani termine sa lettre en disant qu’il restera un Peshmerga, autrement dit un combattant dévoué à son pays. À 71 ans, on a du mal à l’imaginer sur un champ de bataille, mais il donne le change et se refait une virginité après la crise politique provoquée par sa décision unilatérale d’organiser un référendum.

Reste que Massoud Barzani est toujours le président du PDK (qui détient les deux tiers du Kurdistan irakien) et qu’il est aussi dirigeant du Haut conseil politique, une sorte d’assemblée parallèle qui tire toutes les ficelles du pays. L’objectif est de transmettre le pouvoir au sein de la famille Barzani, en l’occurrence à son neveu, le premier ministre Nerchivan Barzani. La dynastie Barzani n’est pas prête de s’arrêter…

> La Rédaction

La Rédaction

Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.

6beac7b76b0460ded9fe93a33acea972mmmmmmmmmm