Degemer/Accueil / À la Une / Le gouvernement britannique refuse de publier les conséquences du Brexit

Le gouvernement britannique refuse de publier les conséquences du Brexit

Dans la longue liste des non-dits sur le Brexit, en voici un nouveau. Dans « l’intérêt national » il serait préférable de ne pas dévoiler les résultats de différents rapports sur l’impact du Brexit sur l’économie du Royaume-Uni. Il semblerait que l’Écosse serait la nation qui pâtirait le plus du départ de l’Union Européenne.

Nicola Sturgeon a demandé expressément à David Davis, représentant du gouvernement britannique pour le Brexit, de publier les différents résultats dans un souci de transparence envers le public. Elle a ajouté que c’était totalement ridicule d’en appeler à « l’intérêt national » pour garder secret ces résultats alors qu’il s’agirait plutôt de l’inverse. En coulisse on dit déjà que la publication de ces différents rapports aurait l’effet d’une bombe et pourrait enclencher le processus pour un deuxième référendum d’indépendance en Écosse. Différents rapports ont fuité et certains annoncent une perte de 30 milliards de livres pour l’Écosse dans le cas d’un Brexit « dur ».

Les négociations pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne n’avancent pas. Elles doivent se clôturer en mars 2019. Même s’il reste du temps pour négocier on semble se diriger vers un Brexit « dur », c’est-à-dire sans accord, alors que l’Écosse par exemple souhaite au minimum rester dans le Marché commun.

> Maxime Touzé

Rédacteur. Professeur d'histoire-géographie en breton, responsable d'une association culturelle à Douarnenez, Maxime Touzé écrit aussi pour Le Peuple breton depuis une dizaine d'années. Il est devenu rédacteur en chef adjoint à la langue bretonne en 2016, responsable du cahier mensuel Pobl Vreizh et des articles en breton sur Lepeuplebreton.bzh. [Lire ses articles]