Accueil / Degemer / À la Une / Des nouvelles du Kurdistan d’Iran

Des nouvelles du Kurdistan d’Iran


À l’époque du dernier Shah d’Iran, la répression des Kurdes était traitée régulièrement dans les colonnes du Peuple breton. Depuis l’instauration de la République islamique, du fait d’un tarissement des sources, les Kurdes d’Iran sont moins médiatiques que leurs frères de Turquie, de Syrie ou d’Irak.

L’Iran étant un État pluriethnique, les autorités reconnaissent la langue et la culture des Kurdes, mais refusent toute autonomie politique du peuple kurde. Comme dans les autres parties du Kurdistan, une guérilla est en cours contre le pouvoir en place. Les Amitiés Kurdes de Bretagne rappelle que « chaque année, des exécutions ont lieu sous différents prétextes comme l’opposition à la loi religieuse ou l’accusation de trahison ».

Eyyup Doru, représentant en Europe du HDP (Parti démocratique des Peuples), invité des Amitiés kurdes de Bretagne lors de leur AG samedi dernier, a donné des nouvelles du Rojhelat ou Kurdistan oriental. Il détaille : « des manifestations, malgré la répression sanglante, ont eu lieu dans de nombreuses villes kurdes après le référendum au Başûr [ndlr : Kurdistan d’Irak]. Le PJAK, Parti pour une vie libre au Kurdistan, mène depuis 2004 une rébellion armée contre le pouvoir central et milite pour un système politique basé sur le confédéralisme démocratique » à l’instar du Rojava [Kurdistan de Syrie] et du Bakûr [Kurdistan de Turquie]. « Fait nouveau : le Parti démocratique du Kurdistan d’Iran a décidé de reprendre les armes après une interruption de plusieurs décennies » a annoncé Eyyup Doru. À noter que le PJAK était également présent pour lutter contre l’État islamique.

> Gael BRIAND

Gael BRIAND

Gael BRIAND est rédacteur en chef du mensuel Le Peuple breton depuis 2010. Il est l’auteur de « Bretagne-France, une relation coloniale » et a coordonné l’ouvrage « Réunifier la Bretagne ? Région contre métropoles ». [Lire ses articles]

199c3264ad9cca97c501eefe05a434a9QQQQQQQQQQQQ