Accueil / Degemer / À la Une / Législatives 2017. Pierre-Emmanuel Marais, candidat à Nantes 5

Législatives 2017. Pierre-Emmanuel Marais, candidat à Nantes 5

pierre-em 1

Nantes compte 5 circonscriptions. Oui la Bretagne présente des candidats dans chacune d’entre elles. Dans la 5e, l’élu UDB Pierre-Emmanuel Marais s’engage avec Anna Jaouen. Voici leur tribune.

Lors des dernières élections législatives, Marie Levrel et Arno Mahé avaient fait 1.02 % sous les couleurs de l’UDB, score évidemment décevant par rapport à la formidable campagne menée par nos deux jeunes militants. En 2017, nous reprenons le flambeau pour porter une proposition fédéraliste qui se différencie nettement de celles des candidats en lice. Le candidat sortant, Michel Menard, après avoir fait de nombreux appels du pied pour être labellisé « en marche », s’est rabattu sur les valeurs de gauche du PS, pas celles des frondeurs bien sûr, celles du CICE et du social-libéralisme. Il retrouvera notamment face à lui Sarah El Haïri, la responsable du Modem44. Ils sont donc beaucoup à se réclamer de la majorité présidentielle et du premier ministre de droite, alors que le FN ou Debout la France sont en embuscade. Nous espérons que les électeurs de la 5e circonscription porterons leurs voix sur des propositions de gauche différentes des promoteurs du centralisme français.

Certains militants de l’Emsav pensent que crier « Bretagne, Bretagne, Bretagne » est suffisant. Cela n’est pas notre avis. Notre projet est autonomiste, de gauche et écologiste. A titre d’exemple, j’ai manifesté contre la Loi Travail et élu député, je ne voterai pas les projets du gouvernement Macron-Philippe de destruction du code du travail. Cet exemple, comme la volonté d’expérimenter le revenu universel, s’inscrivent dans une dynamique de gauche.

Ainsi, pour cette campagne, nous avons retenu trois axes pour un véritable changement démocratique en instaurant un fédéralisme différencié dans une Bretagne réunifiée. Il s’agit d’aller vers une transition institutionnelle, une transition écologique, sociale et économique. Ces trois axes de campagne font référence à l’un des principes fondateurs de la construction européenne, la subsidiarité qui consiste à faire au plus près des citoyens.

La lutte contre les inégalités sociales mais aussi territoriales est une priorité. Il s’agit d’en finir avec le centralisme français. Je porterai des projets de loi permettant de décoloniser nos territoires car la singularité de nos territoire est notre richesse et nous devons obtenir le pouvoir d’agir sans attendre que descendent de Paris les décisions et financements nous concernant. La sauvegarde de la langue bretonne, le soutien aux cultures de Bretagne, une politique maritime, ne doivent pas se faire sans nous.

Oui la Bretagne et l’UDB s’inscrivent dans une dynamique écologiste au moment où le réchauffement climatique fragilise nos sociétés. Pour nous, agir contre le réchauffement climatique est une urgence et cela passe par un véritable plan de développement des énergies renouvelables pour qu’à terme elles remplacent le nucléaire et les énergies fossiles. En Bretagne, nous pouvons devenir un territoire auto-suffisant en énergie. Cela passe aussi par une limitation de la consommation d’énergie en isolant mieux les logements. Ce plan ne pourra être efficace que dans un cadre véritablement décentralisé, nous permettant de réelles expérimentations, comme par exemple la mise en place de territoires « zéro chômeurs » comme à Pipriac ou Saint Ganton, expériences originales et efficaces pour lutter contre le chômage de longue durée.

Enfin, nous portons quelques propositions liées à cette circonscription étrangement dessinée (un savant calcul politique sans doute). Celle-ci s’étend de l’est de Nantes à Nort-sur-Erdre avec deux axes structurants, l’Erdre et la ligne de tram-train. Nous portons pendant cette campagne, la volonté de transformer la ligne de train Nantes-Rennes via Nort-sur-Erdre et Chateaubriand en ligne TER électrifiée à 160/220 km/h, la création d’une gare TER à la Chapelle-sur-Erdre pour relier Nantes à Rennes en moins d’une heure et aussi nous demandons l’application de la loi concernant le droit de passage des promeneurs le long des berges de l’Erdre de Nantes à Nort-sur-Erdre (servitude de marchepied).

Pour finir, nous notons que les propositions de Oui la Bretagne sont bien accueillies mais le contexte politique actuel limite notre espace. Tout est trop centré autour d’Emmanuel Macron et ces candidats qui se réclament du renouveau. En Loire-Atlantique, trois candidats sont des députés sortants, d’autres des militants du Modem. Où est le renouveau ? Dans les candidatures Oui la Bretagne !

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.
db328097f4740ed0d66e16b5cc5e864e||||||||||||||||||