Accueil / Degemer / À la Une / Législatives 2017. Stuart Lesvier, candidat dans la circonscription de Dinan

Législatives 2017. Stuart Lesvier, candidat dans la circonscription de Dinan

Stuart 2

Stuart Lesvier étudie à Rennes, mais tient à son pays de Dinan. Il se lance à la conquête de la circonscription en compagnie de Rozenn Morice.

En accord avec le projet de Oui la Bretagne sur le besoin de décentraliser nos institutions et de promouvoir nos langues et cultures, nous souhaitons profiter de cette tribune du Peuple breton pour parler d’autres points de notre programme. Car c’est bien un projet de société que nous proposons.

En terme économique, nous souhaitons favoriser l’économie sociale et solidaire (ESS) sur nos territoires. Elle n’est pas limitée à un ou des secteurs d’activités. Ce sont des modes de gestion, de management mais aussi les fondements basés sur la solidarité et l’utilité sociale, qui font les structures de l’économie sociale et solidaire. Les dernières études prouvent que l’ESS est créatrice d’emploi en Bretagne : +5,1 % de croissance pour l’emploi entre 2010 et 2015 là où les autres secteurs privés ont perdus des emplois. Enfin, l’ESS donne accès à des emplois de proximité dans les domaines variés et maintient un maillage raisonné du territoire qui temporise l’effet des concentrations économiques et sociales lié à la métropolisation.

Nous souhaitons développer cette économie créatrice d’emplois et de services en encourageant les initiatives, en permettant aux circuits courts de mieux se faire connaître. Aujourd’hui, on estime que ces entreprises représentent environ 10 % du PIB français. Nous nous engageons si nous sommes élus à soutenir cette économie et à laisser aux collectivités locales les moyens nécessaires d’y travailler.

En termes de solidarité, nous souhaitons aussi tendre toujours plus vers l’autonomie des personnes. A l’heure où il est de plus en plus question d’inclusion sociale pour les personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie, nous constatons que la règle reste encore et toujours le placement en institution, lorsqu’il y en a ! Pourtant des solutions alternatives se développent sur nos territoires mais elles sont réservées à des personnes bénéficiant d’une bonne autonomie, laissant de côté celles pour qui un tel projet prendrait sens mais qui du fait de leurs faibles capacités nécessitent la présence constante d’une tierce personne. Il est urgent, afin de répondre à l’ensemble des besoins, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, de mettre en place une vraie politique prospective sur ce sujet.

Concernant l’accès aux soins des personnes handicapées et âgées en institutions médicalisées, on remarque que ces établissements rencontrent des difficultés pour recruter du personnel paramédical (kiné, orthophoniste, médecin,…). Parfois, seules les urgences sont traitées, laissant se dégrader des situations qui bien traitées auraient été stabilisées. Il est urgent de se doter de moyens, afin de donner aux personnes les plus vulnérables un accès aux soins équitable.

Enfin, nous souhaiterions dans un souci de cohérence éducative, inciter l’Éducation Nationale à mettre en place des cours d’histoire relatif au territoire sur lequel nous vivons. Cela passera par une négociation avec l’État, ce que garantira la création d’un groupe parlementaire fédéraliste.

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.
897bc96be71a3cc463bf723804bad7eaqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq