Accueil / Degemer / À la Une / Nouveau gouvernement. Un mauvais signal pour les territoires ?

Nouveau gouvernement. Un mauvais signal pour les territoires ?

Gérard_Collomb
Gérard Collomb

L’Union démocratique bretonne a réagi dans un communiqué à l’annonce du premier gouvernement d’Edouard Philippe. Même si celui-ci est transitoire et que les législatives peuvent tout à fait le faire évoluer, quelques éléments inquiètent le parti autonomiste.

Outre la nomination du premier ministre, nucléocrate notoire, le parti estiment que la nomination de Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur n’est pas un bon signe pour les collectivités locales et l’équilibre du territoire. « Gérard Collomb a en effet été un des fervents partisans de la loi de métropolisation, qui s’était substituée à la régionalisation promise par François Hollande », argumente Nil Caouissin, le porte-parole de l’UDB, avant de compléter : « concentrer les financements, les emplois et les pouvoirs de décisions dans quelques centres urbains, comme le souhaite le lobby métropoliste, n’est bon ni pour la cohésion sociale, ni pour la démocratie, ni pour le développement soutenable. Ce processus nous entraîne vers une compétition acharnée entre territoires, au contraire du modèle fédéral que défend l’Union démocratique bretonne ».

Cette nomination va de pair avec un point de programme d’Emmanuel Macron peu traité des médias (sans doute étaient-ils trop concentrés à le regarder marcher sur l’eau ?), celui de la baisse de 10 milliards des dotations aux collectivités territoriales ! Souvent, les libéraux semblent plus « décentralisateurs » que les autres, mais « derrière les références au rocardisme se profile une recentralisation qui ne dit pas son nom » selon Nil Caouissin. « La promotion des soi-disantes métropoles régionales se fait plus, pour l’instant, au profit de la région parisienne que dans le sens d’un rééquilibrage de l’activité sur le territoire ». Et de s’interroger : « Dans ce contexte, la création d’un ministère de la Cohésion des territoires [ndlr : occupé par Richard Ferrand] peut-elle aller au-delà d’une bonne intention affichée ? On ne pourra qu’en douter tant que le spectre d’une nouvelle saignée financière des collectivités locales ne sera pas écarté », estime le porte-parole de l’UDB.

On reprochera sûrement au parti, plus que cinquantenaire, de « crier avant d’avoir mal », mais on dit aussi que « chat échaudé craint l’eau froide ». Une fois que l’« apartheid territorial » sera mis en place, il sera extrêmement difficile de le déconstruire. D’où l’importance d’envoyer suffisamment de députés fédéralistes à l’Assemblée Nationale. Pour Nil Caouissin, « chaque voix qui se portera sur les candidats de Oui la Bretagne sera un avertissement pour le gouvernement, et la preuve que la Bretagne dans son ensemble entend être respectée ».

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.
81626884cb72fe251fb1e3079bac5905jjj