Accueil / Degemer / À la Une / La centralisation, c’est aussi à la radio

La centralisation, c’est aussi à la radio

france bleu

Il y a quelques jours, Le Peuple breton démontrait, exemple à l’appui, la centralisation des esprits de la direction de France 3. Nous apprenons ce jour que le personnel de France Bleu Breizh Izel se mettra en grève jeudi prochain pour dénoncer la mainmise nationale sur la radio.

Il ne faut pas être devin pour comprendre que depuis plusieurs années se met en place une réelle recentralisation. Des pouvoirs d’une part (même si ce sont les compétences et non le pouvoir qui ont été très partiellement décentralisées et plus souvent déconcentrées), mais également des médias. Que le scrutin présidentiel soit nationalisé, passe encore, mais ces législatives, les dernières régionales (notamment du fait des attentats à Paris) et même les départementales ont pris une dimension hexagonale. La France est une et indivisible et sa voix est Paris ! Cette omniprésence médiatique de « la capitale » dans l’information laisse penser qu’il ne se passe rien ici, chez nous. C’est évidemment faux !

Parmi les médias qui se distinguent, on retrouve France Bleu Breizh Izel dont « la raison d’être, l’ADN (…), c’est la proximité » écrit son personnel qui vient de déposer un préavis de grève pour jeudi 18 mai. « La semaine dernière, nous avons eu la désagréable surprise de découvrir, dans la presse, la décision de la direction de France Bleu : supprimer, une nouvelle fois, une tranche d’antenne locale pour en faire une émission nationale. Décision confirmée par un courriel d’Eric Revel, directeur du réseau France Bleu. Il veut imposer une émission réalisée depuis Paris entre 8h45 et 9h25. L’un des horaires les plus appréciés et écoutés par les Bretons et les auditeurs de France Bleu en général. Dans la foulée, la direction a annoncé que le 14h-16h deviendrait également une émission nationale pilotée depuis Paris. Enfin, toujours sans moyen supplémentaire, la direction exige des locales la prise en charge des journaux de 7h30 et 8h30. Elle envisage aussi d’imposer des reportages nationaux dans toutes les éditions matinales, avec comme conséquence directe un appauvrissement de l’information locale » explique le communiqué daté du 15 mai.

Depuis des décennies, l’UDB et son journal (créé en réaction justement à ce constat) dénoncent la centralisation de l’information. La Bretagne dispose pourtant de personnel compétent et formé, de sujets potentiels variés, du matériel et des structures. Il ne lui manque qu’une seule chose : la capacité de prendre elle-même ses propres décisions, sans attendre une autorisation des tenants de la bourse ! Donner les moyens aux antennes locales, leur donner des créneaux de grandes écoutes, c’est inverser la tendance et rappeler au pouvoir qu’il y a des gens qui vivent en dehors de Paris ! Pas des « provinciaux » non, des citoyens. Et pas de seconde classe ! Le Peuple breton apporte donc tout son soutien au personnel de France Bleu Breizh Izel.

> Gael BRIAND

Gael BRIAND
Gael BRIAND est rédacteur en chef du mensuel Le Peuple breton depuis 2010. Il est l'auteur de "Bretagne-France, une relation coloniale" et a coordonné l'ouvrage "Réunifier la Bretagne ? Région contre métropoles". [Lire ses articles]