Accueil / Degemer / À la Une / Centre des congrès de Quimper : la lettre ouverte au maire de Naig Le Gars

Centre des congrès de Quimper : la lettre ouverte au maire de Naig Le Gars

chapeau-rouge

Tous les Quimpérois et Quimpéroises ont connu la salle des fêtes du chapeau rouge. Depuis sa transformation en « centre des congrès », l’ancienne conseillère régionale de l’UDB, Naig Le Gars, ne s’y retrouve pas. Elle vient d’envoyer une lettre ouverte à Thierry Jolivet, le maire de Quimper.

« Je me permets de vous faire connaître ma grande déconvenue -voire mon chagrin- ainsi que mon refus de me rendre aux portes ouvertes du « Centre des congrès », organisées ce week-end du 8 et 9 avril 2017 ». C’est ainsi que commence la lettre ouverte de Naig Le Gars. Celle qui a fréquenté la salle des fêtes du chapeau rouge « pendant plus de 40 ans » est amère : « c’est là que j’ai découvert les premiers festoù-deiz et festoù-noz, au début des années 70, puis des soirées, des spectacles, des actions de solidarité… qui ont rythmé la vie culturelle, associative et sociale de notre ville. »

La militante de l’UDB reproche à l’ancienne majorité d’avoir été « animée par l’objectif – très en vogue – du marketing territorial » en transformant cette salle des fêtes en centre des congrès et rappelle la promesse qui avait été faite aux associations qu’elles pourraient louer une salle entre deux congrès. C’était sans compter sur la victoire de la droite aux dernières municipales qui ne garde « que le projet business ». À 10,7 millions d’euros tout de même, Naig Le Gars trouve inadmissible que les quimpérois(es) ne puissent jamais y mettre les pieds. « Vous pouvez donc nous le faire visiter ce week-end, sous l’égide de votre Société d’économie mixte – donc fonds publics, mais gestion privée – tels des manants visitant le château, auquel ils n’auront plus accès », lance-t-elle dans sa lettre.

Et de conclure : « on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec vos États Généraux des politiques publiques récemment organisés, afin de nous faire avaler la pilule amère de l’austérité budgétaire, et alors que vous projetez de dépenser l’argent public pour construire une autre salle des fêtes »… à 8 kilomètres du centre-ville ! « On ira comment ? Tous en bagnole ! De grâce, ne faites rien plutôt que ce gaspillage insensé. Et pour le coup, demandez leur avis aux habitant(e)s. »

> La Rédaction

La Rédaction

Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.

7ebfcfc5227ddcdf95cf1e7800af7334OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO