Accueil / Degemer / À la Une / Prizioù 2017 à Lannion : les lauréats

Prizioù 2017 à Lannion : les lauréats

Tiersen

Le public était au rendez-vous vendredi pour la 20ème cérémonie des Prizioù, coorganisée par France 3 Bretagne et l’Office Public de la Langue Bretonne. C’est à Lannion, au Carré Magique que les prix ont été remis. Voici les lauréats.

Il y a 20 ans, c’est Fanch Broudig qui remettait les premiers « Prizioù » à Lannion. La cérémonie, cette fois-ci était animée par Yann-Herlé Gourvès et Goulwenna an Henaff, les deux compères de Bali Breizh. Les Prizioù récompensent chaque année la création en langue bretonne. Plusieurs catégories existent : les associations, le livre de fiction, les collectivités, la création audiovisuelle, l’entreprise, la chanson en breton et bien sûr le brittophone de l’année.

Le choix n’est pas toujours facile, mais le jury a tranché. C’est Dizale qui hérite du premier prix des associations pour son service VOD (vidéo à la demande sur abonnement). L’association de doublage en langue bretonne est suivie par l’association Brezhoneg e Brest qui promeut l’usage du breton dans la capitale occidentale de la Bretagne. Enfin, l’amicale des pompiers de Rennes et la graphiste Sabine Comès décrochent la troisième marche du podium pour un calendrier entièrement bilingue qui compte bien faire des émules.

En matière littéraire, les trois nominés étaient publiés aux éditions Al Liamm. C’est le nouveau roman de Yann Bijer, Bar Abba, qui remporte le premier prix pour cette fiction qui mène le lecteur en Palestine, au temps de Jésus-Christ. Suivent Kerdiwal, un recueil de poèmes d’hervé Seubil Kernaudour et les nouvelles de Kristian Braz, Rebetiko hag istorioù all.

Pour les collectivités, c’est le Conseil départemental du Finistère et son plan pour la langue bretonne 2016-2021 qui a convaincu le jury. Suivent la ville d’Hennebont pour son agenda 21 et son plan de développement du breton. Enfin, l’hôpital de Carhaix et sa signalétique permet de développer la langue bretonne dans les sphères de la santé.

Le documentaire « A-vihanig » de Bleuenn ar Borgn remporte le premier prix de la création audiovisuelle. Anne Gouerou pour « Pa ya kuit Solenn » et Perynn Bleunven et Justine Morvan pour « C’hwi a gano » remportent respectivement les deuxièmes et troisièmes prix.

Dans la catégorie entreprise, c’est le parc vannetais Le Kêr qui se distingue pour sa politique en matière de valorisation de la langue bretonne. Une société spécialisée dans la phyto-épuration, Ar Bradenn – Aquatiris, se place en deuxième position. Pour terminer, c’est le service de messagerie entièrement en breton Korrimel qui s’adjuge la troisième place.

Le prix du disque chanté en breton revient au trompettiste Youn Kamm et au bagad du Bout du Monde. Son disque est produit par les Apprentis Producteurs. Paker Prod est également récompensé avec la dernière création de Brieg Guerveno, Valgori. Enfin, Maria Desbordes et son disque « Exil » paru chez Awen Records reçoivent le troisième prix.

Pour finir, c’est le couple Yann Tiersen et Emilie Quinquis à qui a été décerné le « Priz brezhoneger ar bloaz ». La notoriété du pianiste Yann Tiersen a permis à la langue bretonne de toucher un public plus vaste et il était assez logique que ce prix leur revienne à eux qui ont choisi de venir s’installer sur l’île d’Ouessant et de s’initier à la langue du pays. Les deux autres prix n’en méritent pas moins les félicitations : Laëtitia Anger, création des « Archi Kurieux », une entreprise qui propose des animations autour du patrimoine en langue bretonne, et Fanny Labbay, une salariée de l’école Diwan de Bourbriac qui a appris le breton récemment et a décidé d’en faire sa langue d’usage au quotidien.

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.