Accueil / Degemer / À la Une / Les malouins disent non au CETA

Les malouins disent non au CETA

ceta st malo

Dans le cadre d’une action au niveau européen de sensibilisation et de mobilisation concernant l’accord entre le Canada et l’Union européenne (Ceta) organisée le samedi 21 janvier 2017, le collectif citoyen Stop Tafta du Pays Malouin et du Pays de Rance s’est mobilisé. La distribution d’un tract a été effectuée dans l’après-midi sous un soleil éclatant par une bonne quinzaine de militants. La députée européenne PS, Isabelle Thomas, a été invitée à faire part de sa position à l’égard du Ceta et principalement de son vote lorsque l’accord sera soumis au parlement européen en février 2017 avant d’être éventuellement renvoyé devant les parlements nationaux des 28 États européens. La députée a publiquement déclaré qu’elle voterait contre cet accord.

Pour le collectif, les eurodéputé-es doivent voter contre pour les raisons suivantes:

– Une étude indépendante portant sur les impacts économiques du CETA prévoit une perte d’emplois tant au Canada qu’en Europe.

– Le CETA est le premier accord de l’UE où la libéralisation des services est la règle et où les réglementations publiques sont l’exception.

– Le CETA soumettrait les agriculteurs à la pression de la concurrence avec un impact négatif sur leurs moyens de subsistance, sans gain substantiel pour les consommatrices et consommateurs.

– Le CETA ne prévoit aucun dispositif contraignant l’UE et le Canada à respecter les objectifs fixés par l’accord de Paris sur le climat.

– Le CETA donnerait à des milliers d’entreprises le pouvoir de poursuivre des gouvernements.

> Joël Martini

Joël Martini
Ancien conseiller municipal UDB de Saint-Malo, Joël Martini est un militant associatif actif, notamment anti-nucléaire.

Un commentaire / Un evezhiadenn