Accueil / Degemer / À la Une / Interview. Gozmail, l’association qui propose des adresses mail en .bzh

Interview. Gozmail, l’association qui propose des adresses mail en .bzh

gozmailL’association Gozmail propose des adresses mail avec une extension en .bzh qui connaissent un certain succès. Le Peuple breton a voulu en savoir plus sur cette initiative.

Le Peuple Breton : Depuis la création du .bzh on remarque un engouement pour cette extension, quel intérêt particulier représente t-elle à vos yeux ?

Gozmail : Pour le plus grand nombre, c’est à notre avis le symptôme du constat suivant: les services apparaissent de plus en plus dématérialisés et abstraits; l’extension .bzh offre une réincarnation d’un service sur un territoire bien identifié.

On a également largement commenté la recherche d’un marqueur d’appartenance via cette extension. En proportion, nous avons ouvert beaucoup de comptes pour des utilisateurs de Loire Atlantique par exemple. L’autre partie des ouvertures est motivée par l’aspect éthique de notre démarche (respect de la vie privée et utilisation de logiciels libres). Ce sont en particulier les utilisateurs recherchant l’intersection des deux aspects qui nous motivent à poursuivre!

Votre association propose des adresses mails dédiés avec un point .bzh, qu’est-ce qui vous a donné envie de proposer ce service et combien de personnes en bénéficient ?

Ce fût à la base un simple projet « fait-le-toi-même » (DIY) pour gérer les boites mails de trois ou quatre amis plus très enclin à livrer toutes leur données communicationnelles aux géants du web. Avec l’arrivée du .bzh, nous avons pensé que la démarche pourrait intéresser un public plus large. Nous avons depuis créé près de 400 comptes par simple bouche à oreille. Le nombre nous importe peu au final, nous avons simplement l’envie de d’illustrer la possibilité d’une forme de relocalisation technologique militante.

Les boîtes mails que vous proposez s’intitulent « gozmail.bzh » quelle est la signification de gozmail ?

Justement, goz signifie taupe en breton, pour illustrer un service volontairement bigleux sur les données qu’il manipule, à l’image du sympathique et pataud animal. Notre démarche tourne au final autant vers la relocalisation que vers l’explication à l’utilisateur de l’importance de sa « création de valeur » au yeux des géants du web, lors de toute interaction avec un service en ligne. Et donc sur l’importance pour chacun de contrôler sa propre exposition numérique; c’est un choix militant, hélas clairement minoritaire à l’heure de la « silicolonisation » du monde décrite par Eric Sadin.

Votre association propose t-elle d’autres services ? Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Nous proposons également des espaces blog, et un service de DNS, service clé que nous utilisons tous (mais restant très méconnu et également critique à nos yeux). Nous hébergeons aussi un nœud Tor, comme petite pierre à l’édifice d’une libre communication à travers le réseau.

Nos projets dépendent de la participation de nos membres: nous avons un besoin critique de main d’œuvre pour élargir notre offre. Nous nous inscrivons en cela dans la philosophie Framasoft (« degooglisation » collaborative de l’Internet). Enfin, nous avons un intérêt grandissant pour les crypto-monnaies (type bitcoin) et les services à base de « blockchain », et une réflexion sur leur possible ancrage dans le territoire.

A l’heure actuelle d’autres régions s’emparent-elles d’une extension territorialisée ?

Nous n’avons pas connaissance d’une démarche identique ailleurs. Nous serions ravi d’essaimer et de partager notre expérience avec d’autres entités ayant une envie similaire. Cela nous permettrait d’ailleurs d’échanger des services entre associations. Nous espérons que d’autres suivront, car nous avons réellement besoin de nous réapproprier une informatique locale et respectueuse, et de prendre conscience que c’est un acte militant et un choix politique.

Pour créer une adresse mail en .bzh avec Gozmail (gratuit) : https://www.gozmail.bzh/

> Arno MAHE

Arno MAHE
Né en 1986 à Nantes, Arno MAHÉ écrit régulièrement pour le peuple Breton papier et en ligne.