Accueil / Degemer / À la Une / Transfert du siège d’Ifremer à Brest : un pas (décisif ?) vers la concrétisation…

Transfert du siège d’Ifremer à Brest : un pas (décisif ?) vers la concrétisation…

ifremer-brest

Contrairement à ce que Le Peuple breton indiquait le 2 novembre dernier, les choses évoluent concernant le transfert du siège d’Ifremer en Bretagne. Christian Guyonvarc’h, élu UDB à Brest métropole, nous explique dans quelles conditions…

Le transfert à Brest du siège d’Ifremer, situé aujourd’hui à Issy-les Moulineaux dans la banlieue chic de Paris, semble enfin sur le point de se concrétiser. Ce sera au prix d’un financement par les seules collectivités bretonnes (Région, conseil départemental du Finistère, Brest métropole).

Ce transfert était une revendication emblématique pour tous ceux qui veulent sortir d’un système politico-administratif qui concentre depuis des siècles la quasi-totalité des fonctions de commandement du secteur public dans la région-capitale, où vit 18 % de la population française. Le combat (car c’en est un) pour que cette situation change prend d’autant plus de sens quand il concerne un domaine, les sciences et technologies de la mer, pour lequel la compétence et l’intérêt d’un territoire comme la région parisienne sont quasiment inexistants. Et on comprend pourquoi, la maritimité de Paris restant à démontrer…

Implanter le siège d’Ifremer à Brest, une ville qui abrite 50 à 60 % des effectifs de la recherche océanographique publique et privée en France, soit plus de 2000 ingénieurs et techniciens spécialisés, c’est aussi une question de logique et de recherche d’efficacité. On trouve déjà à Brest, outre le premier site d’exploitation d’Ifremer en effectifs, l’Institut Polaire Paul-Emile Victor, l’Agence des aires marines protégées ou encore Océanopolis qui n’est pas seulement l’équipement le plus fréquenté en région Bretagne (environ 400000 visites payantes par an) mais aussi et d’abord un lieu de recherche, sans ignorer les nombreuses PME du secteur privé.

Le Peuple Breton a rappelé l’engagement des élu(e)s de l’UDB au Conseil régional de Bretagne, sous les deux mandats précédents (2004-2015), pour que cette demande aboutisse. La revendication avait reçu peu de soutiens dans les milieux politiques bretons, hormis à Brest. Mais en réaction au mouvement des « Bonnets Rouges » Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, avait finalement consenti à inscrire le transfert du siège d’Ifremer à Brest dans un « pacte d’avenir » entre L’État et la Région Bretagne (au contenu très insuffisant par ailleurs) qu’il était venu signer à Rennes en décembre 2013, et son successeur avait confirmé la mesure lors d’un déplacement à Brest un an plus tard. À cette occasion Manuel Valls avait annoncé la signature d’une convention opérationnelle de transfert au cours du premier trimestre 2015. Depuis cette date, le silence de L’État a pu laisser craindre un enlisement du dossier.

Le bouclage du plan de financement du nouveau bâtiment qui accueillera le siège d’Ifremer, sur le site du technopôle de Brest, devrait rassurer les sceptiques.

> Christian Guyonvarc’h

Christian Guyonvarc’h
Conseiller municipal de Guipavas, vice-président de Brest Métropole, Christian a aussi été conseiller régional UDB de 2004 à 2015 et notamment chargé des affaires internationales de 2004 à 2010 et rapporteur général du budget de 2012 à 2015. Christian a également été porte-parole de l’Union démocratique bretonne.