Accueil / Degemer / À la Une / Une marée sur un caseyeur

Une marée sur un caseyeur

p1020657

Le métier de marin pêcheur est méconnu et souvent méprisé. Certes, personne ne nie le courage des pêcheurs, mais beaucoup s’indignent de la raréfaction de la ressource et les accusent de ne pas respecter l’environnement. Par intérêt pour ce métier et pour se faire sa propre idée, Gael Briand a choisi d’embarquer avec un patron de pêche lorientais sur le Bugal spontuz. Il raconte son expérience au Peuple breton.

Il est 2 h 45 du matin. Jai rendezvous sur le quai avec Yann, le patron du Bugal spontuz (lenfant terrible), un caseyeur lorientais. Le port est actif, on y décharge des langoustines, des tourteaux et des poissons en tout genre. Yann et moi passons à la criée pour récupérer le boued (nourriture en breton, la boëtte en français) servant à appâter les crustacés, invendus et déchets dautres pêcheries : merluchons, roussettes, grondins le tout frais du matin. Yann me présente ses coéquipiers : David et Mikael dit « Mikou » avant dembarquer, eux en bottes bleues, moi en bottes vertes ! Il est 3 h 15 et nous faisons route vers BelleÎle, pointe des Poulains, à presque deux heures de là

traittrait long
le pbRetrouvez la suite dans l’édition papier du Peuple breton. Cliquez sur l’onglet «j’achète ce numéro » pour acquérir l’édition du PB contenant cet article. Sinon, vous pouvez aussi vous abonner pour ne rien rater !
Je m'abonne 2

J'achete

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.
d0030779bbb47e4ebc9d0f4ecea1bb81!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!