Accueil / Degemer / À la Une / Une invitée du festival du cinéma de Douarnenez en prison !

Une invitée du festival du cinéma de Douarnenez en prison !

zehra dogan

Comme tous les ans devrait se tenir du 19 au 27 août à Douarnenez le festival du cinéma. Cette année, le thème devait être la diversité culturelle des Turquies « sans fossiliser les « cultures » et les « identités » » est-il précisé sur le site. Problème : une de leurs invitées, Zehra Doğan, qui avait été mise en garde à vue en Turquie le 21 juillet, a été jetée en prison depuis pour avoir exercé son métier de journaliste. « Vous êtes journaliste, ou vous connaissez un(e) journaliste. Faites leur parvenir cet article via mail, ou rédigez un texte personnel. Demandez leur d’informer, de réagir… C’est leur métier. », a demandé le média Kedistan. Tout bénévole qu’il est, Le Peuple breton répond présent.

Le « coup d’État » en Turquie a d’ores et déjà des répercussions sur la Bretagne. La journaliste kurde Zehra Doğan a été arrêtée à Mardin en compagnie d’un député du HDP. Or, il se trouve que le festival de cinéma de Douarnenez l’avait invité à intervenir sur la liberté d’expression, le droits des femmes et la situation actuelle dans les villes kurdes sous couvre-feux. Son compagnon, Onur Erdem, journaliste co-fondateurs du mouvement des objecteurs de conscience en Turquie, serait lui aussi sous le coup d’une procédure pour « insulte à Erdoğan ».

Le site des Amitiés kurdes de Bretagne explique : « Comme l’état d’urgence est déclaré la garde de à vue peut être prolongée indéfiniment, il est à craindre qu’elle ne soit accusée de « propagande terroriste » ou encore d’être « membre d’une organisation terroriste », comme cela est déjà arrivé à plusieurs journalistes kurdes. » Le site Kedistan rajoute : « les accusations élastiques de « liens terroristes », permises à la fois par la nouvelle loi et par la situation d’après coup d’état, sont graves. Le fait qu’une journaliste puisse être accusée pour son activité, l’usage de moyens de communication qui sont les siens, montre bien où conduit ce régime qui a confisqué la justice et démis tous les juges qui n’étaient pas encore à la botte du Sultan ces derniers jours. Le journalisme en Turquie mène à la prison, et doublement lorsqu’on est Kurde. »

Le Peuple breton apporte tout son soutien à Zehra Doğan et plus généralement aux journalistes kurdes qui ne font que témoigner de la réalité en Turquie.

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.
cfac99f3b5d2f268241f171e923210da////////////////////////