Accueil / Degemer / À la Une / À Saint-Malo, la LGV Paris-Rennes parle aussi de la métropolisation, la vraie !

À Saint-Malo, la LGV Paris-Rennes parle aussi de la métropolisation, la vraie !

france centralisée

Quand on voit cette page publicitaire (ci-dessus), on comprend où est la vraie métropole, et quelles sont les conséquences de l’accélération des liaisons entre la Bretagne et Paris.

Ce que l’immobilier malouin, en tout cas, attend de la prochaine mise en service de la LGV sur le tronçon Le Mans-Rennes, c’est le dopage du marché immobilier local, qui se traduira notamment par une hausse du foncier et des loyers, donc par l’éloignement des logements abordables.

Et la clientèle francilienne attendue ne manquera probablement pas d’être au rendez-vous. Son accès plus rapide à la mer ou à sa résidence secondaire est assurément un impératif d’aménagement du territoire qui dépasse de loin l’intérêt de la simple normalisation de la vitesse des trains entre Brest et Bordeaux, dont la moyenne utile est de l’ordre de 75 km/h. Et Brest-Bordeaux, ce n’est pas utile que pour les trajets d’une extrémité à l’autre, mais pour tous les tronçons du style Brest-Quimper, Brest-Lorient, Quimper-Vannes, etc, dont certains seront avant longtemps remplacés par des cars !

Sur les transversales de ce genre, le train n’est pas seulement destiné – en principe – aux sans-permis, aux plus vieux ou aux plus jeunes. Au départ de Paris, il est très utilisé par exemple par les commerciaux ou technico-commerciaux qui le complètent par une voiture louée pour la fin de leur trajet. Cet usage est impossible en Bretagne : la voiture est nécessaire sur tout le trajet, et c’est bien pour nos entreprises un handicap complètement anormal.

Ne nous y trompons pas, ce qui est vrai à Saint-Malo sera vrai jusqu’à Brest : on verra monter les prix et s’éloigner les locataires les moins aisés. Alors qu’on attendra peut-être encore de pouvoir joindre Brest et Quimper en moins d’une heure (bravo sur ce sujet aux militants de l’UDB Jeunes).

Or la pointe de Bretagne à le plus grand besoin d’être bien reliée à au moins une autre destination que Paris. Ce sont les carrefours qui créent les pôles d’activité, et les carrefours supposent au moins deux intersections, par exemple une radiale et une transversale.

Sans prise en compte de cette évidence, les liaisons bénéficieront seulement au centre, et accessoirement aux seules extrémités de l’étoile.

> Michel FRANCOIS

Michel FRANCOIS
Michel François habite Saint-Herblain où il fut élu municipal de 2004 à 2012. Pilier de l'UDB en Loire-Atlantique, il écrit régulièrement sur son blog: http://stervlan-mf.over-blog.com/
b7269ef9eb0be12f81f3faa33b2d8194PPPPPPPPPPPPPPPP