Accueil / Degemer / À la Une / Palestine. Deux films à lʼaffiche.

Palestine. Deux films à lʼaffiche.

palestine

Deux films tournent actuellement en Bretagne hors des circuits commerciaux : « Cultivons la Paix » et « This is my land ». Leur point commun est le problème palestinien mais leur approche est tout à fait différente.

Le 1er est passé à Carhaix le 19 mai à lʼinitiative de lʼAFPS (Association France Palestine Solidarité). Il nous raconte le cheminement des olives de leur cueillette à lʼarrivée de lʼhuile sur nos tables, quʼelle soit bio ou pas. Les Palestiniens sʼorganisent de plus en plus entre eux, par exemple par le regroupement de 4 coopératives de production dʼolives utilisant une seule unité de production dʼhuile.

Quant à la coopération entre les Palestiniens et lʼextérieur, elle est le seul moyen de combattre lʼaction dʼIsraël pour mettre à mal lʼéconomie palestinienne. Tout commence au moment de la cueillette où la présence dʼétrangers est souhaitée car cela fait des témoins au cas où des colons ou lʼarmée empêcherait cette cueillette. À remarquer quʼIsraël agit déjà en amont par la destruction dʼoliviers. Sur 12 à 13 millions dʼoliviers, 1 million ont été détruits en 10 ans ! Sans oublier que les Palestiniens ont besoin dʼeau, quʼelle est déjà rare, et quʼun colon en consomme 30 fois plus quʼun palestinien !

Techniquement, sʼil y a de lʼhuile bio et non bio, la différence se fait non pas au niveau des arbres, qui ne sont pas traités, mais du désherbage autour des arbres. Lʼhuile nʼa la certification bio que si le désherbage se fait sans produit chimique.

Une partie de lʼhuile est utilisée dans la fabrication de savons, autre source de revenus non négligeable, le secteur des olives faisant vivre 70 à 80000 salariés. Pour information, le temps entre la cueillette et le pressage des olives ne doit pas dépasser 12 heures.

Le chemin semé dʼembûches nʼest pas fini pour autant avec la mise en bouteilles, car pour être exportée, lʼhuile doit transiter par les ports israéliens, et souvent on va la laisser volontairement 15 jours si ce nʼest plus en plein soleil.

Cette huile qui nous arrive en Bretagne est issue des 50000 bouteilles importées chaque année en France. Elle est importée et commercialisée par Andines, coopérative sans patrons ayant créé au départ un partenariat avec la Colombie, et qui est à lʼorigine du vocable « commerce équitable » hélas récupéré pas toujours dans lʼesprit de départ par la grande distribution. Lʼaccord avec la Palestine date de 2007/2008. Cʼest Michel Besson, responsable dʼAndines, invité à Carhaix ce jour là pour présenter le film et animer le débat, qui a retracé lʼhistorique dʼAndines et expliqué son fonctionnement.

Le 2ème film, lui, est passé le 25 mai à Quimper, à lʼinitiative de « Gros Plan » et « Cinéphare ». Rien à voir avec le 1er film sinon le fil conducteur, la Palestine. « This is my land » a été tourné par une jeune réalisatrice franco-israélienne, Tamara Erde, qui était présente à Quimper pour présenter son film. Pendant sa jeunesse en Israël, elle ne sʼétait jamais posée de questions sur ce quʼon lui enseignait. Mais son service militaire pendant la 2ème intifada fut pour elle une révélation quand elle vit comment on traitait les Palestiniens. Elle a donc décidé de sʼimmerger pour les filmer dans les deux systèmes éducatifs, lʼisraélien et le palestinien. Elle en est ressortie avec lʼidée que chacun des systèmes avait sa propre approche de lʼhistoire et quʼaucun des deux systèmes nʼétait hélas porteur de message de paix.

Elle ajoute cependant quʼil y a des enseignants qui sont engagés dans cette voie et qui amènent les élèves à la réflexion. Mais elle a expliqué quʼelle avait dû fournir une liste des enseignants quʼelle souhaitait filmer avec leurs élèves, et que l’État dʼIsraël avait ensuite fait son choix en éliminant de la liste ceux qui nʼétaient pas assez dans la ligne.

Il serait pourtant urgent de faire évoluer les enfants sur leur approche des problèmes. Quand on entend un jeune israélien dire dans le film que son pays est en danger parce que les Palestiniens grignotent petit à petit le territoire dʼIsraël, cʼest assez effarant ! Tamara Erde aurait bien aimé montrer son film aux scolaires. Cʼest difficile en Palestine pour des raisons dʼorganisation et impossible en Israël qui lui en a refusé lʼautorisation.

Est-ce que le film dérange ? Il dérange en tout cas ceux qui ne lʼont pas vu. Pour preuve, la vitrine brisée, lʼaffiche déchirée et les tags sur le cinéma « Argoat » de Callac (22) qui lʼavait programmé il y a peu. Cela a fait de la publicité au film qui a ainsi attiré là-bas un nombreux public !

> Christian Pierre

Christian Pierre

Né en 1949, Christian PIERRE est membre de l’UDB depuis 1977 et du bureau de sa fédération depuis 1979. Très engagé pour la Bretagne, il est très investi aussi dans les Droits de l’Homme, comme à l’ACAT (ONG chrétienne de lutte pour l’abolition de la torture et contre la peine de mort) dont il est coordonnateur régional. Il milite enfin pour les droits du peuple palestinien.

eed9e4d41a06aa84b10f77aad2f9474e+++++