Accueil / Degemer / À la Une / Le chantage de la Région des « Pays de la Loire » au festival CinéPride

Le chantage de la Région des « Pays de la Loire » au festival CinéPride

cinépride 2

Pour sa treizième édition, le festival du film lesbien gay bi trans prévu du 31 mai au 7 juin pourrait ne pas recevoir sa subvention de 5000 € au motif quʼil ferait la « promotion de la GPA » (gestation pour autrui), pratique interdite par la loi. Le Conseil régional des Pays de la Loire, via sa vice-présidente Laurence Garnier, a indiqué que si le centre LGBT de Nantes ne renonçait pas à ce thème, il perdrait le soutien de la Région. « Une prise en otage » selon la section UDB de Nantes qui dénonce un « motif purement politique et profondément réactionnaire ». Pour Aurélien Boulé, le responsable de la section, « la Région invoque le prétexte de la programmation pour s’opposer à la liberté culturelle, en laissant ainsi présager de bien ternes perspectives pour la politique culturelle des six années à venir ».

Quelque soit le positionnement de chacun sur la question, le débat est encore autorisé et une administration ne devrait pas mettre son nez dans la programmation dʼun événement, dʼautant moins après avoir promis une subvention. « Cette décision politique montre à quel point les élus de cette administration sont en décalage avec la société, à lʼimage de leur région hors-sol. Nantes et la Loire-Atlantique subissent désormais les choix politiques dʼune droite réactionnaire pour laquelle ils nʼont majoritairement pas voté ; alors que la réunification de la Bretagne, majoritairement de gauche, aurait permis de continuer à soutenir des événements innovants, comme le très bon festival Cinépride de Nantes » estime Aurélien Boulé.

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.