Accueil / Degemer / À la Une / De l’État failli à l’autonomie régionale : l’autodétermination amazighe en Libye

De l’État failli à l’autonomie régionale : l’autodétermination amazighe en Libye

carteLYBIEagrandie

Suite à notre article paru le 18 avril 2016 sur la Libye, nous avons reçu un message de Mazigh Buzakhar, du centre de recherche TIRA, à Tripoli, félicitant notre journal pour son travail et de donner la parole aux peuples en lutte. Il nous proposait de reproduire un article publié sur le site de Tabrat le 19 avril 2016, article qu’il avait co-écrit par Eden Almasude, militant amazigh-américain et étudiant en médecine. C’est avec grand plaisir que nous répondons positivement à sa proposition…

Le 17 Mars 2016, les partis kurdes ont déclaré un système fédéral de gouvernance au Rojava, la région kurde de Syrie, qui a été de facto une région autonome depuis le début du conflit syrien. Bien qu’il ne soit pas surprenant que cette décision a été rejetée par le gouvernement Assad, la Turquie, un éditorial du New York Times a noté que « Les Kurdes syriens sont dans une position de force pour appuyer leur cause pour l’autonomie politique parce qu’ils ont émergé comme un allié clé dans la lutte contre l’État islamique ». Pendant ce temps, 2016 a déjà commencé avec le sursaut de plusieurs mouvements indépendantistes en Europe, y compris une nouvelle poussée du Scottish National Party (SNP), dirigé par Nicola Sturgeon, et les développements dans les partis pro-indépendance catalans. Dans ce contexte mondial, un autre mouvement pro autonomie commence à gagner du terrain dans le sud de la Méditerranée : la région Amazigh en Libye.

Nefusa, également connu sous le nom d’Infusen, est une chaîne montagneuse dans la partie ouest de la Tripolitaine, en Libye. La région est le fief des grandes communautés Amazighs (pluriel : Imazighen), le peuple autochtone non seulement en Libye, mais aussi dans toute Tamazgha (Afrique du Nord). Il y a plusieurs villes importantes dans Nefusa telles que Lalut (Nalut), Kabaw, Jadu et Ifran. Pourtant, une autre ville côtière méditerranéenne importante, Zwara, proche de la frontière tunisienne et habitée par une communauté Amazighe appelé At Willul. Nefusa et Zwara ont joué des rôles culturels et politiques essentiels dans la région à la fois à travers l’Histoire et en Libye post-révolutionnaire.

Les communautés amazighes ont souffert pendant des décennies sous le régime arabo-islamiste de Kadhafi, de l’exclusion et de la marginalisation de la part des autorités et de leurs instruments d’oppression jusqu’à l’emprisonnement systématique des intellectuels et des écrivains. Le régime a pratiqué un système d’arabisation forcéé durant des décennies à travers ses médias et ses politiques d’éducation. Depuis le soulèvement 2011, Imazighen ont émergé comme des acteurs clés dans l’élaboration de la géopolitique de la Libye par le biais de leur participation à la révolution et par leurs propres campagnes pour protéger les libertés culturelles et linguistiques nouvellement acquises. Après les premières élections post-révolutionnaires en 2012, formant le Congrès national général (GNC), des protestations et d’autres formes de manifestations se sont poursuivies comme le mouvement amazigh s’est mobilisé pour protéger leurs droits au milieu des changements structurels de l’État. Ce fut un tournant majeur pour le mouvement, il a pu jouer un rôle non seulement culturel, mais il a exercé une pression politique réelle sur toutes les autorités de l’État formés 2012-2016.

Étant donné le contexte politique actuel en Libye, pourquoi l’autonomie régionale est une meilleure réponse que la participation dans un gouvernement central ? L’histoire politique de la Libye est limitée aux modèles tribal et religieux plus ou moins liés ensemble pour créer un semblant d’État moderne, et pourtant la faiblesse des institutions et de solides intérêts régionaux se poursuivent, qui ont donné un gouvernement central fragile qui n’est maintenu que par le ciment idéologique du régime de Kadhafi. Les conflits dans la Cyrénaïque entre islamistes et mouvements fédéralistes, ainsi que l’instabilité politique tant en Tripolitaine que dans le Fezzan, conduisent à une situation politique dans laquelle il n’y a pas de solution concrète sans tenir compte de la décentralisation.

Voilà pourquoi Imazighen ont maintenant une réelle opportunité de lancer leur propre projet de gouvernance dans une région autonome, en contrôlant leurs propres frontières territoriales, la création d’une économie fonctionnelle, la protection de la langue et de l’identité culturelle dans une époque où le radicalisme religieux se répand dans le monde musulman. Tout cela nécessite de prendre en main notre avenir dans; après que les gouvernements post-2011 ont systématiquement exclus nos communautés, il n’y a aucune raison pour Imazighen d’attendre un futur gouvernement afin de nous remettre une option viable pour notre avenir politique.

Le développement d’une région amazigh autonome devrait avoir une base économique solide en terme de ressources du sous-sol, le pétrole et le gaz, des minéraux, de l’agriculture, de tourisme et les ressources marines. Le contrôle économique permet d’orienter la direction de notre propre avenir en tant que nation amazighe dans le changement géopolitique mondial.

Les soulèvements de 2011 ont entraîné l’effondrement de plusieurs régimes autoritaires aussi bien dans Tamazgha (Afrique du Nord) qu’au Moyen-Orient, mais cela a laissé aussi une vulnérabilité politique dans laquelle l’extrémisme religieux réactionnaire est maintenant encouragé. L’arrivée du gouvernement soutenu par l’O.N.U. à Tripoli a menacé la dynamique politique en Libye, conduisant à une nouvelle impulsion pour l’autonomie, ou même la séparation, par la région de l’Est, la Cyrénaïque. Malgré les tentatives répétées pour former un gouvernement central unifié en Libye, il reste essentiellement un État failli, et le président américain Barack Obama a déclaré que l’intervention « ne fonctionnait pas ». Au milieu de cette instabilité entre les gouvernements rivaux, l’extrémisme islamique a été laissé prospérer et la Libye est en train de devenir un terrain abritant le terrorisme religieusement motivé. L’exclusion systématique des communautés amazighes de la gouvernance politique -surtout après l’histoire de l’intention du régime de Kadhafi d’éradiquer l’identité du peuple amazigh autochtone – ne fera que perdurer l’instabilité actuelle. Plutôt que de partitionner l’État, la création d’une région autonome amazigh renforcera le développement de une Libye démocratique, post-révolutionnaire.

Une région Amazigh autonome agirait comme un noyau de stabilité non seulement pour la Libye mais plus globalement pour toute Tamazgha (Afrique du Nord). Comme les Kurdes du Kurdistan syrien, cette région amazighe serait un allié de choix dans la lutte mondiale contre le terrorisme islamique et dans la crise des migrants dans la Méditerranée. Au-delà de ces considérations pratiques, les communautés Amazighs de Libye ont le droit fondamental à l’autodétermination. Aller vers l’autonomie est la première étape de la manifestation de ce droit, pour créer un environnement dans lequel la culture amazighe autochtone peut enfin se développer librement après des décennies d’oppression. Les communautés amazighs en Libye auront la liberté de préserver et d’exprimer pleinement notre identité à condition qu’un tel espace soit créé. Nous appelons au soutien de toutes les nations opprimées à travers le monde, dont les luttes ont inspiré notre propre libération.

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.