Accueil / Degemer / À la Une / Accord UE-Turquie : où va l’argent destiné aux camps de réfugiés ?

Accord UE-Turquie : où va l’argent destiné aux camps de réfugiés ?

camp en turquie

Incapable de répondre politiquement au « problème » des réfugiés, l’Union européenne a cédé au chantage du président turc, Recep Tayyip Erdoğan. Après une première enveloppe de 3 milliards d’euros, l’Union s’apprête à récidiver afin – théoriquement – de maintenir les populations fuyant la guerre en Syrie et en Irak sur le sol turc. De l’argent qui est censé parvenir aux innombrables camps de réfugiés de fortune.

Or, justement, la dernière délégation des Amitiés Kurdes de Bretagne nous ramène des informations très intéressantes à ce sujet. « Selon les dernières estimations du personnel qui travaille bénévolement dans les camps et de Raci Billici, président de la section IHD de Diyarbakir (Association turque des Droits de l’Homme), il y aurait entre 4 et 5 millions de réfugiés et de déplacés à travers toute la Turquie. Deux types de camp les accueillent. Il y a d’une part ceux gérés par le gouvernement qui reçoivent l’aide envoyée par les associations internationales et l’Union européenne et qui prennent principalement en charge les réfugiés arabes de Syrie et, d’autre part, ceux gérés par des associations, par des municipalités, qui fonctionnent uniquement grâce aux dons, aux solidarités mécaniques locales et qui accueillent les minorités victimes de la guerre en Turquie, en Irak ou en Syrie. Il y a une totale opacité quant à la situation et aux conditions de vie des réfugiés dans les camps gouvernementaux. Raci Billici estime le nombre de réfugiés dans ceux-ci à seulement 300 000. Le reste des réfugiés se trouvent dans les rues des grandes villes où sévissent commerce de femmes et d’enfants, prostitution et trafic de drogue. » rapporte Tony Rublon, membre de l’association.

La délégation témoigne également que « la grande majorité des réfugiés et des déplacés yézidis et kurdes sont dans des camps non soutenus et non reconnus par l’État. Les fonds débloqués par l’Union européenne n’atteindront pas ces minorités qui constituent une part importante des déplacés et des réfugiés sur le sol turc. L’argent versé au gouvernement d’Erdoğan servira à financer ces camps gouvernementaux dont très peu connaissent le fonctionnement, auxquels très peu de personnes ont accès et restera ainsi dans les mains d’un pouvoir qui continue sa politique de négation envers les Kurdes et les diverses minorités qui peuplent son territoire »

Bravo donc au courage des autorités européennes qui, plutôt que de chercher à résoudre la cause des déplacements, reproduisent l’accord passé en son temps avec Mouammar Kadhafi en Lybie. Faire croire qu’un pyromane comme le président turc peut faire office de pompier, c’est soit être très cynique, soit faire preuve d’une naïveté particulièrement gratinée. La deuxième solution permettrait de garder espoir. Hélas, il est plus probable que le cynisme soit en cause…

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.
0e43dd448789fd420f3f88bce023d37d!!!!!!!!!!!!!!!