Accueil / À la Une / L’Aberri Eguna, fête nationale basque et véritable thermomètre politique

L’Aberri Eguna, fête nationale basque et véritable thermomètre politique

Aberri-Eguna-2016-peuple-breton (2)

Le dimanche 27 mars était fêtée l’Aberri Eguna dans l’ensemble du Pays Basque. Contrairement à la Saint-Yves/Gouel Erwan en Bretagne, davantage axée sur la valorisation du patrimoine culturel breton, l’Aberri Eguna est surtout l’occasion d’une démonstration de force en faveur des principales revendications politiques basques. C’est ainsi que pas moins de trois rassemblements politiques étaient organisés : à Pampelune/Iruñea par la gauche abertzale regroupée au sein de EH Bildu ; à Bilbao/Bilbo par le PNB (droite nationaliste) et pour la première fois par Podemos à Saint-Sébastien/Donostia.

Le Peuple Breton s’est quant à lui rendu à Pampelune/Iruñea pour suivre le rassemblement du réseau Independistak à l’initiative de la gauche abertzale rassemblée au sein de EH Bildu. Si la tenue des élections au Parlement basque prévue pour la fin de l’année 2016 pourra en partie expliquer la forte mobilisation pour ce rassemblement, la principale motivation des participants étaient de rappeler qu’au Pays Basque aussi, le droit à l’autodétermination devait être respecté. Dans la lignée du référendum écossais et des élections catalanes à l’allure de plébiscite pour ou contre l’indépendance, la gauche abertzale avait à cœur de rappeler que cette revendication historique était porteuse de solutions d’avenir pour le pays.

C’est ainsi qu’entre 11 000 et 15 000 personnes ont défilé dans les rues de la ville sous la bannière Independentzia, Bai (Indépendance, Oui). Le « bai » s’affichait d’ailleurs sous toutes ses formes (t-shirt, autocollants, pancartes), preuve de la tonalité résolument positive de la revendication.

Des délégations extérieures au Pays Basque, notamment étrangères avaient été conviées à ce rassemblement. L’on aura ainsi pu croiser de nombreux catalans, galiciens, valenciens et andalous, de même qu’une délégation bretonne constituée par l’UDB Jeunes. Pour son porte-parole, Victor Gallou, également porte-parole de l’ALE Jeune, « cette présence était des plus naturelle pour apporter le soutien des nations minorisées au droit à l’émancipation sociale et politique du Pays Basque ».

Car loin de se focaliser sur la question institutionnelle de l’indépendance, le rassemblement faisait montre d’une réelle tournure sociale comme l’ont rappelé les divers orateurs s’étant présentés à la tribune. C’est un appel populaire à une république basque indépendante, sociale, faisant la part belle à la langue basque et ouverte sur l’extérieur en incluant les immigrés de l’intérieur de l’Espagne, mais également du reste du monde, qui a été lancé en chœur par une foule rassemblant tous les milieux et tous les âges, preuve de la puissance de cette aspiration dans la société basque. Mais comme la culture n’est jamais bien loin des revendications politiques, les plus jeunes d’entre eux auront eu l’occasion de poursuivre la journée au sein de la Gazte Karpa, chapiteau géant monté à l’initiative des jeunes d’Eusko Alkartasuna. Le son du groupe bascophone de Ska-Rock Ze Esatek aux paroles résolument indépendantistes y résonnait, n’oubliant pas dans sa chanson Bidez Bide de réclamer l’indépendance pour de nombreuses nations sans état, y compris pour la Bretagne.

Aberri-Eguna-2016-peuple-breton (1)

> La Rédaction

Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.