Accueil / À la Une / État d’urgence : courage, fuyons !

État d’urgence : courage, fuyons !

L’Assemblée nationale a voté lundi soir l’article 1er du « projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation », celui qui, justement, visait à inscrire dans la loi le régime d’état d’urgence.

103 voix pour (96 socialistes) et 26 voix contre, 7 abstentions, 3 non-votants, c’est le résultat du vote. 577 députés et seulement 139 présents. Le premier constat, c’est que les députés Républicains ont boycotté la séances puisqu’ils n’étaient que 10 ! De même, le Front national a brillé par son absence. Cet hémicycle vide a été remarqué par les internautes qui ne se sont pas priés pour moquer les députés, surtout quand ceux-ci fustigent les abstentionnistes…

On ne sait si les 438 députés absents avaient piscine ce jour-là, mais après tant de débats, tant de polémiques sur ce sujet, il aurait été courageux de voter ! Car il s’agit bien de cela : certains députés étaient très réservés par ce projet de loi et se sont défilés plutôt que de voter contre l’avis du gouvernement. Le Peuple breton répète inlassablement depuis plusieurs mois que la séparation des pouvoirs est menacée, ce vote l’exprime une nouvelle fois : la domination de l’exécutif sur le législatif est flagrante.

Parmi les députés bretons présents lors de ce vote, on retiendra les votes pour de François de Rugy (écolo), Gilbert Le Bris (SRC), Dominique Raimbourg (SRC), Hervé Pellois (SRC), Sophie Errante (SRC), Marie-Anne Chapdelaine (SRC), Gwenegan Bui (SRC), François André (SRC) et les votes contre de Philippe Noguès (non-inscrit) et Gilles Lurton (LR). Jean-Jacques Urvoas ne prenait pas part au vote en tant que Ministre. Où étaient les autres ?

> Gael BRIAND

Gael BRIAND
Gael BRIAND est rédacteur en chef du mensuel Le Peuple breton depuis 2010. Il est l'auteur de "Bretagne-France, une relation coloniale" et a coordonné l'ouvrage "Réunifier la Bretagne ? Région contre métropoles". [Lire ses articles]