Accueil / Degemer / À la Une / Encore de belles rencontres à Menez Meur

Encore de belles rencontres à Menez Meur

danseurs parc d'armorique

Organisées le plus souvent le dernier dimanche de juin ou parfois le premier dimanche de juillet, les rencontres de Menez Meur sont l’occasion pour les jeunes musiciens de se rencontrer, parfois pour se produire pour la 1ère fois, dans le cadre de ce qui est cette année la 32ème édition du Trophée du Sanglier d’or. Depuis plus de trois décennies (1984), ces rencontres sont organisées par B.A.S. Penn ar Bed (devenue depuis peu Sonerion Penn Ar Bed) et le Parc d’Armorique. On notera dʼailleurs que la première rencontre eu lieu avec lʼaide précieuse de Jean-Yves Cozan, Président du Parc à cette époque et à qui les organisateurs ont rendu hommage hier.

En 1989, Alan Pierre, permanent Warʼl Leur Penn ar Bed depuis 1985, arrivé de son pays vannetais, trouvait étonnant que les Gavottes de Haute-Cornouaille (anciennement la « Dañs tro ») ne soient pas plus valorisées et eu lʼidée de monter un concours de gavottes. Cʼest alors que Guy Le Roux, de B.A.S., lui suggéra de rejoindre les sonneurs sur le site du Parc. Le concours de danse venait de naître. Là encore, cette rencontre annuelle est devenue lʼoccasion pour les danseurs amateurs souvent avertis ou chevronnés de se rencontrer autour de la gavotte ou plutôt des gavottes de différents terroirs (cette année, Dardoup, Poher, Calanhel et Brasparts).

On peut rajouter que lʼannée 1989 fut riche pour la gavotte, car cette cette année-là que naquirent les « Douze heures de la gavotte » de Poullaouën, devenues ensuite « La Nuit de la Gavotte » qui perdure depuis. Ces rencontres sont très courues et certains ne manqueraient lʼévènement pour rien au monde. La foule aussi bien de novices curieux ou dʼ amateurs avertis de musique ou de danse est toujours au rendez-vous, et en particulier quand il fait beau comme cette année. Il faut bien dire que le Domaine de Menez Meur, au coeur du Parc dʼArmorique, est un cadre idéal pour ce type de manifestation.

Cette année, environ 350 danseurs se sont mesurés dans le cadre du 27ème Concours de Gavottes. Celui-ci démarre dès le matin et dure jusquʼen fin dʼaprès-midi, avec une coupure à midi qui est lʼoccasion dʼorganiser pour les musiciens qui souhaitent danser, une gavotte qui portait jusquʼil y a deux ans le nom de « gavotte de lʼapéro ». Depuis lʼan dernier, cette gavotte est devenue « Trophée Alan Pierre », en hommage à celui qui présentait ce jour-là le concours pour la 26ème et dernière fois, et prenait une retraite bien méritée.

Ce qui fait lʼattrait aussi du concours de gavotte, cʼest que les danses sont depuis le tout début accompagnées par les meilleurs sonneurs ou chanteurs de Kan an Diskan, les connaisseurs apprécieront : Annie Ebrel, Noluenn le Buhé, Youenn Le Bihan, Patrig Molard, Hervé Irvoas père et fils, Cédric Moign, Serge Riou, Laurent Bigot, Louis Lalour, Louise Ebrel, Jean Coateval, Patrick Lefèbvre, Régis Huiban, Jean Floc’h, Sylvie et Christian Rivoalen, Michel Toutous, Yann Le Meur… et bien d’autres encore, il est tout à fait impossible de les nommer tous !

> Christian Pierre

Christian Pierre
Né en 1949, Christian PIERRE est membre de l'UDB depuis 1977 et du bureau de sa fédération depuis 1979. Très engagé pour la Bretagne, il est très investi aussi dans les Droits de l'Homme, comme à l'ACAT (ONG chrétienne de lutte pour l'abolition de la torture et contre la peine de mort) dont il est coordonnateur régional. Il milite enfin pour les droits du peuple palestinien.