Accueil / Degemer / Thèmes / Bretagne / Un bilan du Festival de films « Pêcheur du monde » à Lorient

Un bilan du Festival de films « Pêcheur du monde » à Lorient

conf.-anne-marie-chiron

En mars 2015 s’est déroulée la 7e édition du Festival international du film « Pêcheur du monde » de Lorient. Quarante-six films projetés dans six salles différentes, dont 14 en compétition, 25 pays de 5 continents représentés, ce Festival est unique dans le monde. Il a donné la parole à ceux que l’on n’a pas l’habitude d’écouter. Il a donné à voir la réalité quotidienne et les résistances des peuples de la mer devant les menaces exercées par les politiques des groupes multinationaux ou des lobbies environnementalistes, parfois caution verte des premiers par le biais de fondations. Trois mois plus tard (mais après tout, qu’importe ! Si cela peut donner envie…), Jacques Chérel, le secrétaire de l’association, fait un petit compte-rendu au peuplebreton.bzh

 

Comme les années précédentes, ont été présenté des films récents, des inédits, des premières réalisations, documentaires, fictions, docu-fictions… Tous évoquaient les pêcheurs et les océans, dernière frontière pour le développement économique et l’avenir de la planète. Alors que se prépare la conférence mondiale sur le climat à Paris, sauver les océans passe par l’assurance d’une vie décente des populations qui vivent précisément de la mer. Qui sont les responsables des surpêches, des menaces sur les stocks halieutiques, des pollutions marines, du bétonnage des côtes ? Sont-ce les pêcheurs ou les promoteurs de la course au profit à court terme, de la déshumanisation du travail et des territoires, de la marchandisation et privatisation de la nature, de la transformation de la mer en parcs de loisirs pour riches ?

En première soirée, le film Thulevalu de Mathias von Gunten à la salle Ricoeur de Lorient a donné la parole aux populations de Thulé sur les bords de l’océan Arctique et de Tuvalu en Polynésie. Il en a été de même avec le film Inuit Knowledge and the climate change, de Zacharis Kunuk projeté en version originale en anglais à l’Université Bretagne Sud et étudié par les étudiants.

Les pêcheurs sont apparus comme des sentinelles de la santé des océans. Lors de la soirée sur l’Inde, le film Arevah de Micha Patault et de Sarah Irion, ils interrogeaient sur le programme nucléaire de leur pays, ou encore sur les effets d’un tourisme envahissant à Goa dans Shiftings sands de Sonia Filinto. Lors de débats, des représentantes de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) ont rappelé l’importance de la pêche dans l’alimentation des populations, notamment pour les plus démunis des pays du Sud.

 

Le Festival s’est arrêté bien entendu sur la pêche en Bretagne, en pleine mutation. Les élèves du lycée maritime d’Etel ont échangé avec des réalisateurs et des membres de « Pêcheurs de Bretagne » autour de films comme Dans la passerelle de Frédéric Violeau, La relève des filets de Nicolas Pinchiniot, Les Homards : à vos marques de Quiterie Surget, Les langoustines, entrez sans frapper de Romain Le Bleis. La Bretagne était encore au rendez-vous à la soirée-escale de Ploemeur : La Bolinche à Belle-île de Christophe Champay, l’Huître d’Anossy, une odyssée malgache d’une famille de Groix, réalisé par Maylen Villaverdé. Un moment fort a été la séquence organisée avec la Maison de la mer (CCSTI) « Le poisson fait son cinéma » avec projection et débat à l’Université à Lorient : peut-on encore manger du poisson ?

Carrefour entre les cinéastes et les pêcheurs, entre les réalisateurs et le public, le Festival a mis en synergie les communes du pays de Lorient, des associations, des entreprises, des bénévoles. Favorisant les démarches d’investigation qui croise les regards, le Festival suscite le débat pour inventer un futur à la pêche activité fondamentale en Bretagne et dans le monde.

Évènement culturel reconnu, le festival a proposé des œuvres d’auteurs confirmés et des premières réalisations prometteuses. Il s’est engagé dans la promotion d’un cinéma d’investigation sans délaisser la fiction, la créativité. Ainsi a-t-on pu revoir un film culte, Araya de M. Benacerrat primé à Cannes en 1959, et admirer La terre éphémère du grand cinéaste georgien Ovashvili… tout en découvrant des premières réalisations pleines d’avenir ?

La cérémonie de clôture de la 7e édition du Festival International de Films « Pêcheurs du Monde » de Lorient s’est terminée sur une pointe d’humour iodée avec Lucien Gourong en capitaine de cérémonie. Le conteur groisillon a bien voulu partager avec une audience nombreuse l’humour des pêcheurs bretons avant de remettre les prix, entouré des membres des jurys, sur la scène de la salle Ricoeur à Lorient.

 

Le Prix spécial « Chandrika Sharma » Prix décerné à un film mettant en valeur le rôle des femmes dans la pêche a été attribué à David Palazon et Enrique Alonso pour « Wawata-Topu, les sirènes de Timor-Leste », sur la vie des femmes « plongeuses » qui pratiquent la pêche sous-marine dans l’île d’Atauro (Timor oriental).

Le Prix du Festival, catégorie court-métrage du Jury Jeune (lycéens et étudiants), a été attribué à Robin Dimet pour « Sounds of the soul », un parcours cinématographique chaleureux dans la brise sibérienne avec marchands de poissons et pêcheurs du Baïkal. Le Prix du Festival, catégorie long-métrage du Jury Jeune, a été attribué à Egone Amah pour « Les hustlers », sur les conditions de vie de débrouillards dans le bidonville du port de Lomé ( Bénin).

Le prix, catégorie court-métrage du Jury Professionnel (de la mer et du cinéma), a été attribué à Frédérique Odye pour « Les veilleuses de chagrin », magnifique regard sur des femmes de marins bretons. Le  Prix du Festival, catégorie long-métrage du même Jury professionnel, a été attribué à Chun-Hsiu, Hung pour « The lost sea », film taïwanais sur la guerre froide et la mise en valeur contestée des littoraux de l’île de Kinmen de Taïwan, 1ere fois montré en France.

Ce Palmarès 2015 a traduit la qualité et la diversité des films présentés. Il montre toute l’implication du Festival dans le développement du cinéma de qualité en Bretagne. Alors prenez dates pour la 8e édition de mars 2016…

 

Contact : www.pecheursdumonde.org 1, avenue de la Marne 56100 Lorient Tél: 02.97.21.15.63 festivalpecheursdumonde@gmail.com

> La Rédaction

La Rédaction
Le Peuple breton est un magazine d’opinion, mensuel, entièrement bénévole fondé en 1964. Il est tiré à 4000 exemplaires papier par mois.