Accueil / Degemer / À la Une / Le Front de gauche de Port-Louis et Auray contre les votations citoyennes de Dibab

Le Front de gauche de Port-Louis et Auray contre les votations citoyennes de Dibab

SONY DSC

L’association Dibab organisait ce week-end des votations dans sept communes pour donner la possibilité aux habitants de s’exprimer sur la question de la réunification et de l’Assemblée de Bretagne. Dans un communiqué plein de contradictions, le Front de Gauche des Pays d’Auray et de Port-Louis a déclaré s’opposer à la votation organisée à Riantec.

Ainsi, pour les deux sections locales du Front de Gauche, « la question de la réunification, déjà ancienne, a été tranchée avec l’adoption de la réforme territoriale qui a redessiné la carte des régions ». Passons sur le fait que cette loi ne date que du 15 janvier 2015 pour aller sur le fond : en quoi le passage d’une loi empêcherait de continuer de porter un projet ? En rien. Bien heureusement pour la démocratie ce n’est pas parce qu’une loi est votée qu’un débat est définitivement enterré. Surtout quand c’est une loi qui a suscité un important débat et sur laquelle ni les élus locaux ni les citoyens, pourtant tous concernés, n’ont pu exprimer leur avis.

Le Front de gauche local convient d’ailleurs du manque de démocratie qui a entouré cette réforme… tout en s’opposant à la votation de Dibab qui entend justement donner la parole aux citoyens ! Belle contradiction de leur part. Notons d’ailleurs que les organisations membres du Front de gauche demandaient justement un référendum sur la réforme territoriale (via le PCF) ou encore organisaient elles-mêmes des votations citoyennes (via le Parti de Gauche sur « le droit de révoquer des élu-e-s »). Quoi qu’il en soit, dénoncer le manque de démocratie d’un côté et s’opposer à une initiative citoyenne qui la promeut de l’autre est une position sans queue ni tête.

Comble du comble, le Front de Gauche local ne semble pas avoir compris les sujets soumis au vote par l’association Dibab. « Quel intérêt d’inciter les citoyens d’aller voter [..] sur un projet déjà rejeté dans les urnes en 2012 – la réforme territoriale à été pensée par l’ancien président Nicolas Sarkozy – si ce n’est pour apporter un soutien indirect à cette réforme » s’interroge le communiqué. Rappelons que la réforme territoriale de la droite ne prévoyait ni la réunification ni une Assemblée de Bretagne et que l’association Dibab ne propose pas de « conseiller territorial » comme le voulait Sarkozy. La confusion et la quasi-accusation de manipulation exprimée par le Front de Gauche ne repose que sur du vent.

L’expression « rater une occasion de se taire » prend tout son sens avec ce communiqué

> Arno MAHE

Arno MAHE
Né en 1986 à Nantes, Arno MAHÉ écrit régulièrement pour le peuple Breton papier et en ligne.
cc27549d5ac5ce149adeb0bdbac46c21----------------------------