Accueil / Degemer / À la Une / Les élections au Royaume-Uni en bref

Les élections au Royaume-Uni en bref

UK

L’ensemble du Royaume-Uni votait le 7 mai dernier pour désigner qui seraient les représentants des différentes nations à Westminster. Le score du Scottish National Party (SNP) était très attendu puisqu’il conditionnait aussi celui du Labour (les travaillistes), dont l’Ecosse était, jusqu’à présent, le fief. Au final, les écossais du SNP emportent la mise en raflant presque tous les sièges du pays passant de 6 sièges en 2010 à 56 en 2015 !

Selon Nil Caouissin, porte-parole de l’UDB, « c’est un véritable projet de société qui a été plébiscité par le peuple écossais. C’est le choix de la solidarité nationale face aux errements du capitalisme mondialisé pour une société plus juste, plus écologique et plus solidaire. C’est le choix de soutenir le NHS (sécurité sociale) par le financement public et de le maintenir ainsi hors des griffes de la finance privée comme le voulaient tant les conservateurs que le Labour. » L’Alliance libre européenne a tenu, elle aussi, à féliciter le SNP, le Plaid Cymru, le Mebyon Kernow ainsi que le nouveau venu Yorkshire First (membre observateur). Ces élections ont été, selon le parti, « un message clair envoyé à Londres pour plus de dévolution ».

Au Pays de Galles, le Plaid Cymru a atteint 12,1% des votes et reste par rapport à 2010 stable avec 3 députés élus. Malgré tout, le vote en faveur du parti écologiste de gauche gallois progresse et il ne manquait que 229 voix pour faire élire un quatrième député. De bon augure pour les élections galloises en 2016.

Le Mebyon Kernow progresse également malgré le désavantage évident dont ils étaient victimes en étant exclu des médias. Il ne recueille qu’entre 1 et 2% des suffrages en moyenne malgré leurs très bons scores aux élections locales.

Pour Yorkshire First, nouveau membre observateur de l’Alliance libre européenne, c’était la première élection à ce niveau. Ils ont recueilli 1% des suffrages (7000 votes environ) dans les 14 circonscriptions dans lesquelles ils se présentaient. N’ayant pas réussi à se présenter partout, ils espèrent ne pas en rester là.

En Irlande du Nord, le Sinn Féin perd de son côté un de ses 5 sièges et en conserve donc 4.

Hélas, il n’en reste pas moins que les grands vainqueurs de cette élection sont les conservateurs, les Tories, porté par David Cameron, le Premier Ministre. Le lapsus qu’il fit en déclarant, quelques jours avant l’élection que c’était une « élection importante pour sa carrière » avant de se rattraper en parlant du « pays » n’aura donc eu aucune répercussion et les voix additionnées du Labour, des Verts anglais, du SNP et du Plaid n’auront pas réussi à ébranler les libéraux qui pourront donc continuer leur politique d’austérité. L’alliance libre européenne est « préoccupée par le fait que David Cameron a réaffirmé immédiatement après son élection sa volonté de proposer un référendum sur la sortie de l’Union européenne en parallèle à la montée du parti anti-Europe, l’UKIP ». Elle note cependant qu’il est très positif que l’UKIP ait perdu ces élections en ne récoltant qu’un siège. Même le leader du mouvement, Nigel Farage, a été battu.

> Gael BRIAND

Gael BRIAND
Gael BRIAND est rédacteur en chef du mensuel Le Peuple breton depuis 2010. Il est l'auteur de "Bretagne-France, une relation coloniale" et a coordonné l'ouvrage "Réunifier la Bretagne ? Région contre métropoles". [Lire ses articles]